J’ai découvert les clés cachées de l’oracle de Belline …

Fidèle à la tradition ésotérique, le Mage Edmond- son créateur- voulait réserver le sens des cartes à des initiés…

Quand on découvre l’Oracle de Belline on est, de prime abord, frappé par sa facilité apparente : chaque carte se compose d’un dessin et d’un mot.

Faut-il vraiment une explication pour comprendre ce que veut dire le serpent d’ennemis ou les deux cœurs d’amour ?

 

Mais alors, si l’oracle est si facile et si ceux qui l’interrogent sont bluffés par la justesse de ses prédictions, pourquoi termine-t-il si souvent rangé dans un tiroir ou déclenche la méfiance de certains débutants ?
C’est que passé la lune de miel, c’est souvent l’électrocution : avalanche de mauvaises nouvelles à gogo, exagération, mais aussi illusions et déceptions.
D’abord, il y a un problème d’échelle – et d’angoisse inutile – quand « vol perte » n’annonçait pas un cambriolage, mais une écharpe oubliée au restaurant…

 

Ensuite, il y a ce mélange entre des noms très concrets comme « argent » et d’autres, plus abstraits, comme « élévation »

 

…pas facile à interpréter si on ne projette pas d’escalader l’Everest.
Mais la raison principale de ces couacs est ailleurs : le véritable auteur de ce jeu n’est pas Marcel Belline, le voyant célèbre qui l’a sauvé et popularisé dans les années 60 – mais un occultiste chevronné qui, fidèle à la tradition ésotérique, a volontairement brouillé les pistes pour réserver l’intégralité de ses messages à des initiés…
Et je vais vous donner la preuve concrète de ce que j’avance avec une démonstration très concrète dans quelques lignes…

 

 

 

Jules-Charles Ernest Billaudot, dit le mage Edmond, voyant célèbre du XIXe siècle était passionné d’alchimie, d’astrologie de Kabbale.

©MaudKristen

 

Les douze maisons astrologiques, les signes associés et leurs planètes ( Manuscrit Islandais du XVIIIe siècle ) (1)

 

 

Attiré par la franc-maçonnerie, fasciné par les mystères de l’Égypte, l’antiquité, mais aussi par la chiromancie et l’ésotérisme chrétien, cet occultiste compila tout au long de sa vie des connaissances hermétiques et légua à sa mort une fabuleuse bibliothèque – ainsi que ses recherches-

Étude de la chiromancie ( 3)

 

Une partie de ce travail de titan est visible au Mucem (4) et permet de comprendre certaines des connaissances qu’Edmond a dissimulées dans l’oracle  : Ses notes et ses dessins ésotériques, les différentes méthodes d’astrologie -dont l’astrologie égyptienne – les combinaisons qu’il tente entre ses diverses disciplines pour déchiffrer l’avenir, mais aussi sa quête initiatique profonde (5) nous permettent de découvrir que le véritable Edmond était très éloigné de son image folklorique de « Mage ». Et s’il reconnaissait le libre arbitre, c’était pour mettre en garde les hommes avec sévérité (6) :

 

Brrr … Avec Edmond, pas question de donner de la confiture aux cochons : les connaissances ésotériques qui libèrent l’homme de la fatalité doivent se mériter par une attitude morale irréprochable.

Le mage cultivait aussi une obsession du silence et du secret…
« Garde le silence sur tes desseins, afin de ne point les livrer à la contradiction des hommes » (7)
Que pouvait-il faire de mieux pour arriver à ses fins que de dissimuler des pans entiers du sens véritable des 52 cartes sous le style employé par l’art populaire de l’époque ?
– Regardez comme les visages de l’étoile, de l’homme et de la femme- ressemblent à celui des personnages de guignol, leurs contemporains –

 

 

 

 

Edmond quitta ce monde après avoir réussi son coup… Lorsque Marcel Belline retrouva l’oracle, le sens des cartes lui sembla si évident qu’il rédigea un livret dans lequel il consacra 3 ou 4 lignes à chacune.
Il changea également le nom de 46 d’entre elles pour les remplacer par de ce qu’il voyait dessiné -ou qu’il croyait – voir. C’est comme cela que « famille » est devenue « Le Pélican » alors qu’elle représente… une poule.

 

Dès ma rencontre avec l’oracle, j’ai eu une intuition : celle que ces dessins étaient, comme ceux du Tarot, des images « spéciales » dont chaque détail avait un sens. Si les cartes du Tarot de Marseille ont su attirer l’attention de chercheurs grâce auxquels nous en avons aujourd’hui compris le sens, l’Oracle d’Edmond et ses dessins faussement maladroits n’avaient jamais suscité les mêmes investigations.
C’était une injustice : La voilà réparée, car les découvertes que j’ai faites ont dépassé mes espérances.

 

 

J’ai testé mes hypothèses et je crois pouvoir dire que j’ai décodé ce qu’Edmond avait crypté pour décourager et éloigner -ceux qui prenaient l’oracle trop au pied de la lettre.

Aujourd’hui, les temps ont changé : en cette période particulièrement déroutante et difficile, celles et ceux qui interrogent des Tarots ou des Oracles pour se guider ne peuvent plus se contenter de réponses approximatives parce qu’il leur manque des clefs… La clef, ce symbole justement choisi par Edmond pour représenter la destinée !

 

Et puisque nous en sommes à ce chapitre, je vais justement commencer par vous en dévoiler une :
Regardez la carte départ :

 

 

Ces oiseaux s’éloignent-ils vraiment en abandonnant une montagne ?… Cette carte a attiré mon attention, car c’est la seule du jeu dessiné avec de la perspective et cette étrange profondeur au sens propre et figuré m’a mise sur la piste d’un message spirituel…
En l’observant, j’ai cherché et j’ai réalisé que la montagne représentée par Edmond n’était pas un sommet quelconque, quitté par des oiseaux ordinaires, mais un des monts les plus sacrés du monde : Le mont Horeb lieu où le Ve livre de la Bible Hébraïque- situe l’épisode de la remise par Dieu des dix commandements… à Moïse.
Et maintenant : comptez bien les oiseaux : ils sont dix : La montagne n’est pas un lieu qu’on fuit : elle sert de contact entre la Terre et le Ciel… L’homme et Dieu s’y rencontrent : Les dix oiseaux sont les dix commandements : ils sont des messagers, pas des fuyards… De quoi modifier le sens de cette carte quand elle apparait dans votre tirage…
Et s’il n’y avait que les dessins avec lesquels Edmond avait joué à cache-cache : Tout dans cet oracle a un sens occulte : y compris les 7 planètes placées au coin des cartes…

 

Au coin des cartes : Le soleil, La lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne

Si La planète Mars en astrologie représente la guerre, elle symbolise aussi de vraies qualités comme le courage, l’énergie.
Seulement voilà, les 7 cartes supposées Martiennes sont juste calamiteuses :

 

Elles ne parlent, que de coups bas, de duel, de mise en esclavage, d’attaques, de combat bestial et de catastrophes. Edmond -grand astrologue- n’aurait jamais pu commettre une telle erreur…
Déguisé derrière la planète Mars – et le Dieu romain de la guerre du même nom– c’est bien sûr l’abominable Arès -dieu de la guerre Grec-

 

qui se tient en embuscade et irradie sur ces 7 cartes : Et ne vous fiez pas à sa gueule d’ange : le bonhomme a une bonne tête de gagnant pour remporter le premier prix à la rubrique
« Grand sanguinaire perfide » du Guinness book … au point de faire honte à Héra, sa déesse de mère… ce qui en dit long sur le personnage !
Je vous expliquerai les raisons de cette substitution et ce que ces cartes, comme d’autres aussi funestes – annoncent dans les tirages grâce à l’étude de cas pratiques réels : Ayant interrogé le
Belline des milliers de fois – en 35 ans de pratique – j’ai conservé certaines de ses prédictions que j’ai pu comparer ensuite avec ce qui s’était réellement passé dans la réalité…
Rassurez-vous : aucune connaissance ésotérique préalable n’est requise pour bénéficier de ma méthode qui est accessible à tous : vous n’aurez, au contraire, rien à retenir :
En vous racontant chaque carte par son dessin, je ferai apparaitre sous vos yeux ce qu’Edmond y a caché et vous retiendrez facilement son sens et la manière de l’interpréter quelle que soit la question posée et le type de tirage utilisé.

Que vous soyez débutants ou praticiens confirmés et si, comme mes élèves, vous avez parfois l’impression que l’oracle vous joue des tours, que son graphisme et brutal vous dérange, ou encore que le mot écrit sur la carte bloque votre interprétation, découvrez comment mon approche pourrait révolutionner votre pratique :

Mon initiation à l’Oracle comprendra 7 leçons vidéo, et pour ceux qui en feront le choix, des rencontres en ligne. En ayant accès à ses 78 tirages expliqués, vous pourrez enfin poser et interpréter vos questions facilement dans n’importe quel domaine : la vocation de ce séminaire est pratique :
Je souhaite partager avec vous les clefs qui vous permettront d’utiliser l’Oracle pour répondre avec fiabilité à toutes les questions que vous pouvez vous poser, non seulement sur le futur… mais aussi sur vous-même et ceux que vous aimez.
Pour fêter le nouveau séminaire qui démarre bientôt, les cartes présent et le hazard écrit avec une faute d’orthographe par Edmond pour rappeler l’étymologie du mot az-zahr qui veut dire « jeux de dés » en arabe, m’ont chuchoté à l’oreille de vous offrir deux séminaires Solo pour donner à chacun une chance de découvrir les secrets de l’oracle de Belline… grâce à un tirage au sort organisé le 19 Novembre 2022.
Vous avez été 300 à tenter votre chance …. Pour découvrir les gagnants, cliquez ici 

 

 

 

… Et pour ceux qui désirent s’inscrire à la formule Premium pour participer aux webinaires en ligne, inscrivez-vous sans attendre, car les places seront, comme toujours, limitées…

 

A bientôt j’espère, pour partager avec vous ma passion !

Maud Kristen.
___________________________________________

(1) The twelve astrological houses.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A8me_astrologique#/media/Fi
chier:12_houses_of_heaven.jpg

(2) R. Lullius, Ymage de Vie, late 15th Wellcome L0031726.jpg
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:WMS_446,_R._Lullius,_Ym age_de_Vie,_late_15th_Wellcome_L0031726.jpg An illuminated page from a book on alchemical processes and receipts . Archives & Manuscripts © Wellcome Images
(3) Antropologium de hominis dignitate….
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Antropologium_de_hominis
_dignitate…._Wellcome_L0021432.jpg#filelinks ©Wellcome Images
( 4) https://www.mucem.org/
( 5) «  Les mages avaient établis en principe que l’homme est appelé à créer en lui-même l’image de Dieu à se diviniser par degré en montant dans la spirale infinie du progrès de son être » Enchiridion  Philosophique Des Mages Egyptiens, 1859
( 6 )Enchiridion Philosophique Des Mages Egyptiens, 1859, page 1.
(7) texte écrit sur l’Arcane n°2 « La science » du Grand Tarot d’Edmond qui représente la papesse, gardienne des mystères.

 

 

 

Amateurs et praticiens du YI-JING, cette expérience est pour vous …

 

Si vous êtes bluffé(e) par la pertinence des réponses obtenues lorsque vous interrogez le Yi-Jing, c’est le moment de participer comme moi à une expérience toute simple – mais révolutionnaire- qui permet d’expérimenter collectivement les synchronicités. Elle ne vous prendra que quelques minutes par mois et pourrait bien démontrer que nous sommes tous reliés et que les réponses du fabuleux livre des transformations ne sont pas le fruit du hasard…

©Maud Kristen. Depuis toujours, j’interroge le Yi-Jing avec trois pièces de monnaie jetées après avoir été brassées dans un godet en pensant – bien fort !- à ma question : le nombre de « pile » et de « face » obtenus forment les 6 tirets de l’hexagramme.

 

La règle de cette expérience est la suivante : Chaque mois, des personnes qui ne se connaissant pas et ne se concertent pas préalablement –nous sommes en moyenne 170 participants à ce jour – interrogent le Yi-Jing sur des questions de société- comme par exemple la croissance de l’éco- anxiété – et envoient leur réponse à travers ce formulaire sur le site internet de l’association DJOHI https://djohi.org/convoquer-la-synchronicite/
Il s’agit simplement de demander au Yi-Jing ce qu’il révèle au sujet de la question choisie. Bonus : vous pouvez indiquer si le résultat obtenu est conforme -ou non- à votre opinion sur ce sujet.
Le but de l’expérience est d’observer si les hexagrammes sont répartis selon les lois statistiques ou si les résultats laissent apparaître des anomalies : par exemple si certains hexagrammes sont plus représentés que d’autre, ou, au contraire, anormalement absents.
Les premiers résultats semblent déjà présenter une « résonance » car la distribution des réponses obtenues n’est pas uniforme : l’empreinte d’une “synchronicité collective” commence à se dessiner…

©Gabriel Felley

C’est Gabriel Felleyle père du projet- professeur de technologie des sciences de l’information à l’Université des sciences appliquées et des Arts du Nord-Ouest de la Suisse qui a également étudié la physique théorique à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich -en y présentant sa thèse de doctorat- qui analysera vos réponses : elles seront anonymisées et publiées sur ce site après chaque expérience.
Depuis plusieurs décennies, Gabriel s’intéresse au Yi Jing comme méthode holistique pour appréhender la logique sous-jacente aux processus de changement. Il tente de le promouvoir comme outil d’aide à la décision managériale. Il a écrit de nombreux articles et donné des conférences sur des sujets liés au Yi Jing en Suisse, en Allemagne, ainsi qu’en Chine, au Vietnam et aux États-Unis.
L’expérience n’est qu’à ses débuts et il a besoin de vous : car plus nous serons nombreux, et plus les anomalies statistiques seront visibles.
Souhaitez-vous rejoindre le groupe et recevoir une nouvelle question d’intérêt collectif tous les 21 du mois en participant gratuitement à l’aventure ? Gabriel attend votre inscription :
gabriel.felley@yintelligence.ch.

Et pour tous ceux qui n’ont pas encore découvert comment les conseils avisés du Y-Jing pourraient transformer leur vie et qui désirent apprendre à pratiquer :

Publié en 2011 et réédité jusqu’en 2021 (1) il est disponible en e-book en attendant sa réédition augmentée (en projet !)

… Comme sa pratique va vous scotcher, je sais que vous serez vite curieux de l’histoire du Yi-Jing – qui serait à l’origine de l’écriture chinoise-
C’est la raison pour laquelle je vous recommande ce livre de Léon Vandermeersch, éminent sinologue et spécialiste, que j’avais eu l’honneur de rencontrer lors d’un colloque auquel j’avais participé (2)

Vous découvrirez comment la « raison manticologique » -du mot mancie- imprègne la culture chinoise et pourquoi les conseils des 64 hexagrammes du Yi Jing guidaient les puissants dans leurs décisions politiques…
… Bonnes vacances à tous !

Maud Kristen

Photo 42380713 © Peppi18 | Dreamstime.com

 

(1) Editons J’ai Lu.
(2) Léon Vandermeersch « Divination et rationalisme divinatoire dans la Chine ancienne » in le mythe : pratique, récits, théories, vol.3 Voyance et Divination, Economica, Paris, 2004.

Vous avez dit synchronicités ?

 

Alors que, dans le cadre du nouveau séminaire « De l’intuition à la clairvoyance  » nous terminons les exercices de préparation à la clairvoyance, les fils invisibles qui relient les élèves et moi-même bien commencent à se tisser…

Et apparaissent alors les premières synchronicités…

Yves, qui vit à Bruxelles, prend une carte de visite dans un magasin : il croit reconnaitre la photo de Sébastien, un de ses camarades de webinaire.
Il demande à ce dernier : C’est bien toi qui donnes des cours de Yoga ?
Oui, c’était bien Sébastien.
Et dans une ville de plus de 170 000 habitants, ce n’est pas banal.

Pour ma part, je décide de sélectionner un Aloé Vera comme le sujet d’un exercice préparatoires à la clairvoyance : il s’agit de « devenir » un animal ou un végétal : https://ecolemaudkristen.com/blog/?p=501

C’est sur l’Aloé que je clique, plante choisie entre les 100 espèces d’arbres, de plantes et de fleurs –terrestres et aquatiques- qui constituent mon dossier « monde végétal » …
Et c’est ce magnifique Aloe Polyphylla que je partage à l’écran :

Lorsque qu’elle l’aperçoit, Myriam est sidérée :  La photo que je lui propose est presque la même que celle sur laquelle son podcast vient de s’arrêter :

Parfaite symétrie avec le principe de ma bibliothèque végétale : le podcast, qu’elle m’a envoyé par la suite, contenait lui aussi une grande collection d’images aléatoires…

Quant à Yves, il avait la prémonition que j’allais choisir ce type de plantes durant notre webinaire : En vacances à Madère, il venait de photographier ses cousines quelques heures plus tôt dans le jardin botanique :

© Yves Delattre

© Yves Delattre

 

Enfin, alors que j’évoque un Cèdre du Liban comme objet possible d’exercice, Annie ajoute « c’est chouette que vous donniez cet exemple, c’est le pays de mon mari » (Annie a perdu son mari très récemment.)
Alors, pour permettre aux élèves Solo de créer, eux aussi, un réseau de synchronicité autour de leur formation :  je leur propose plusieurs exercices supplémentaires.
Pour poursuivre vos métamorphoses à travers des animaux et des végétaux affinitaires, il vous suffira de …  cliquer ici 

Que signifie Devenir l’autre afin de développer son 6e sens ?

Pourquoi mes élèves disent-ils parfois « je » -au lieu de « il » ou elle- alors qu’ils perçoivent l’histoire d’une personne dont la photo est cachée dans une enveloppe (1)

Contrairement à une idée reçue, il ne faut pas se « concentrer » pour voir, mais plutôt faire le vide pour dépasser le jet continu de messages brouillés par le désir et la crainte.
Mais avec quelle partie de notre conscience recevons-nous une information, alors que nos sens ne peuvent pas y accéder ?
Le 6ᵉ sens semble en effet avoir besoin d’utiliser les 5 autres pour se déclencher… alors qu’ils ne peuvent être d’aucune utilité pour percevoir une « cible » cachée dans une enveloppe.

Ce sont plutôt les expériences sensorielles passées qui deviennent la banque de données dans laquelle le 6e sens viendra « piocher » …

C’est donc en combinant des fragments de leur mémoire que mes élèves fabriquent une perception extrasensorielle. Celle-ci ira chercher des couleurs, des formes, des bruits, des pensées et parfois même des odeurs déjà enregistrées dans leurs souvenirs.

Contrairement à une idée reçue, la voyance n’est pas une révélation importée de toute pièce de l’extérieur, c’est une reconstitution intérieure qui, même fulgurante, a besoin de matériaux. 

Les fragments de mémoire personnels, comme les pixels d’une photo, vont se combiner pour former une représentation de l’information recherchée, que celle-ci concerne quelque chose de matériel (comme une maison) ou d’abstrait (la situation entre deux personnes.)
Mais surtout, ce qui sert de « liant » entre ces pixels, comme le mastic entre les carrés de la mosaïque, c’est la sensibilité. Et la sensibilité est forcément subjective : Sans elle, pas de voyance possible.

La mémoire à laquelle je leur apprends à se relier, est à l’opposé de celle que nous sollicitons en étudiant : c’est une mémoire affective, émotionnelle, sensible et imaginative. Une mémoire qui réapprend à voir comme dans les rêves, ou comme dans nos souvenirs les plus anciens, ceux de notre petite enfance qui est chargée d’affectivité et de sensorialité. Je l’appelle la mémoire expérimentale… car elle implique d’utiliser ses sensations ou ses sentiments lors de la remémoration, parfois même en les exacerbant…

Une fois qu’ils savent se souvenir ainsi, ils rêvent plus intensément la nuit et deviennent beaucoup plus curieux du monde tout au long de la journée. Comme si les choses observées prenaient davantage de relief…

Puis vient la phase 2 : Sortir du « je » et apprendre à devenir « l’autre ».
C’est le moment où je leur enseigne comment incarner imaginairement d’autres formes de vie.

«Chamane » Alika Lindberg ©Maud Kristen

 

 

Pour « voir » il faudra d’abord devenir un écran vierge sur lequel des informations viendront s’écrire…  Et rien de tel pour apprendre à oublier son individualité que de faire voyager sa conscience dans d’autres peaux… dont certaines seront recouvertes d’écailles, d’ocelles ou d’écorce.

Incarner un végétal ou un animal : c’est un exercice proche de celle du mime ou du jeu de l’acteur, même si l’expérience recherchée n’est pas de tenter de leur ressembler extérieurement, mais au contraire d’expérimenter de l’intérieur le monde à travers leurs besoins, leurs craintes et leurs désirs propres…

Dernière étape avant les premiers exercices de clairvoyance, cette phase permettra de les réussir avec beaucoup plus de facilité et produira d’autres transformations profondes : développement de l’empathie, compréhension des conflits et adaptation à des situations inédites…
Moment charnière dans l’apprentissage, cette étape est pleine de surprises… qui seront l’objet d’un autre billet.

1) https://ecolemaudkristen.com/blog/?p=469 

Je vous souhaite un Noël plein d’espoir…

 

L’espoir, c’est l’histoire d’une portée de galgos miraculés, sauvés de l’horreur, cinq frères et sœurs qui n’avaient qu’un mois…

 


Saisis par l’Institut du bien-être animal uruguayen, ces bébés, rachitiques et déshydratés, n’auraient pas survécu aux mauvais traitements de leur propriétaire, sans cette intervention musclée de l’Etat…
Notre association préférée (1) nous les a confiés ensuite pour les remettre sur pattes : nourris et cajolés comme ils le méritaient, ils sont devenus de magnifiques chiots…
En 2007, mon compagnon et moi-même avions découvert le martyr des galgos d’Espagne et avons été très impliqués dans leur cause lorsque nous vivions encore en France.
Aujourd’hui, 14 ans plus tard, ces bébés confiés par notre pays d’adoption, sont comme l’écho de notre attachement à ces chiens extraordinaires de tendresse et de sensibilité.
Si nos protégés sont radieux et que 4 d’entre eux fêteront leur premier Noël dans une famille d’adoptants aimants, nombreux sont ceux qui, sauvés de l’enfer par des associations, ont besoin de votre aide.
Pour moi et pour mon compagnon, leur bonheur sera notre plus beau cadeau de Noël…
Joyeux Noël à tous ! ♥️

 

 

La saisie

Le 1er jour

Contrôle vétérinaire

Nos trésors, quelques jours avant leur adoption …

Le choix du Cœur : Bonne année 2022 !

Il existe en nous des trésors invisibles
Et oubliés
Comme ce cœur d’Améthyste sculpté dans la pierre
Il suffit parfois d’un signe
Ou d’un plongeon
Au fond de l’âme
Pour trouver la voie du cœur …

… Cet incroyable cœur d’améthyste sculpté dans la pierre a été découvert par deux employés d’Uruguay Minerals, une mine spécialisée dans le traitement et l’exportation de pierres précieuses, à la frontière du Brésil.

C’était une journée de travail comme toutes les autres lorsque les mineurs ont rencontré une résistance inattendue en tentant de creuser le sol : Après des siècles d’obscurité, la merveille a pu offrir sa beauté au monde…

Maud Kristen

Pour les amoureux des pierres : Uruguay Minerals :

https://www.instagram.com/uruguayminerals/?hl=fr

Crédit photo : Marco Lorenzelli

Crédit photo : Marco Lorenzelli

… Et si Botticelli avait dessiné Tempérance, l’arcane majeur n° XIV du Tarot ?


 

En 2021, les arcanes majeurs du Tarot ont commencé l’année en défilant pour la Maison Dior dans un court métrage sublime Le Château du Tarot signé Mateo Garrone et tourné dans le château de Sammezzano pour la collection printemps-été 2021.

©Archimède

C’était le choix de Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison, qui voulait sublimer l’art divinatoire. D’abord en hommage à Christian Dior qui, tout au long de sa vie, consulta des voyantes et disait : « Le trait le plus important de ma vie – je serais à la fois ingrat et mensonger si je ne le reconnaissais pas immédiatement – a été ma chance ; et je dois aussi reconnaître ma dette envers les voyants qui l’ont prédite. »

Ensuite, parce que durant le premier confinement, la directrice artistique de Dior avait décidé d’approfondir sa connaissance du tarot, en lisant notamment Le Château des destins croisés, roman d’Italo Cavino.

Enfin, parce que l’isolement pandémique et la solitude l’auraient amenée à se tourner vers ce chemin de connaissance.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’impératrice dessinée par Alika Lindbergh pour notre Tarot de L’Eden avait peut-être influencé la création de cette robe !…

Dior©Archimède                 L'Impératrice
                               Tarot de l'Eden

Indépendamment de cette petite fierté, je faillis pleurer d’émotion en voyant pour la première fois les lames majeures, aussi belles et bien habillées. Un peu de luxe devait les changer.

Depuis des siècles que les arcanes se cachaient, accusés de fautes qu’ils n’avaient pas commises, traversant l’espace et le temps, éternels errants, objet de fantasmes sur leurs origines, causant d’infinies querelles sur leur forme première et authentique…

« 22 arcanes, 22 merveilles : l’égrégore qui revient de loin. » C’est de cette façon que je pense aux 22 lames majeures, chaque fois que je les touche.

Ne pas avoir de date de naissance ni de parents, pas davantage de nationalité devait forcément leur avoir causé des problèmes…

Orphelines et sans passeport… Comment avaient-elles pu résister ?

La première fois que j’ai tenu dans mes mains un Tarot de Marseille, j’ai ressenti un choc électrique. J’ai compris qu’à cause de son histoire, il était capable de mener en bateau ceux qui ne le respectaient pas. Je me suis dit « fais attention ».

Aujourd’hui, j’ai passé tant d’heures, un Tarot entre les mains, que je connais son poids exact. Si deux cartes manquent, je le sens.

À l’époque où je l’ai rencontré, personne ne savait d’où il venait.

Les choses ont changé, nous y reviendront.

Mais la connaissance de son origine n’expliquera jamais « comment il marche ». Bien que supposés appartenir à des registres différents, les usages, psychologiques ou divinatoires, du Tarot posent le même problème rationnel : les cartes étant tirées face cachée, quelle est la part de notre conscience qui dirige notre main vers celles qui nous révèleront des aspects de notre vie intérieure ou répondront à nos questions sur le futur ?…

À la question « comment ça marche ? », j’ai d’abord imaginé répondre qu’une part de la conscience se dirigeait vers les symboles, car elle visualisait les lames intuitivement. Au fil du temps, j’ai acquis la conviction que chacun des 22 arcanes majeurs constituait le 1/22e d’un égrégore gigantesque, nourri des échanges de millions de personnes, qui, dans le monde, en interrogeant les cartes, créaient avec elles un dialogue dont les traces invisibles formaient une sorte de « data » composé de milliards d’allées et venues d’informations. Je crois que les lames sont devenues des énergies vivantes.

Invisibles, mais présents dans une dimension parallèle, les arcanes flottent au-dessus de nos têtes, prêts à l’interaction. Ils peuvent répondre à n’importe quelle question, mais pas n’importe comment.  À l’occasion d’un nouveau séminaire dédié à l’apprentissage du Tarot, qui commence très bientôt, Tarot divinatoire | Ecole Maud Kristen  

j’ai envie de vous parler des précautions à prendre lorsque vous les interrogez.

Lorsque j’ai acheté mon premier Tarot de Marseille, j’ai essayé d’utiliser le livret qui l’accompagnait.  Succinct et théorique, il donnait des lames des significations abstraites et ambiguës. Impossible de les décliner pour comprendre la réponse à une question concrète.
Alors, j’ai essayé de regarder les cartes pour les décrypter. Cela n’a pas été facile d’autant que mon impression première était : « Comme elles sont laides » !

C’est leur première ruse pour décourager l’importun. Personne n’échappant au piège de la projection psychologique, j’y ai succombé. Je vous passe mes sympathies et mes antipathies pour les arcanes, ce que naïvement je croyais percevoir. Comment ne pas être noyé par des sentiments contradictoires, captivé par une sensation d’évidence mais aussi de dissimulation ? Comment ne pas être submergé par une impression de disgrâce et d’harmonie conjuguées, en observant le costume théâtral du Chariot,

 

la nudité crue des personnages du Jugement, l’expression morne de la Justice ou encore les animaux hybrides et habillés comme ceux de la Roue de fortune

Et enfin, comment intégrer cette abondance de détails incompréhensibles comme le sourire engageant de ce garçon décapité qui sombre dans la boue noire de l’arcane sans nom avec sa couronne bien droite plantée sur la tête ?

 

Les lames du tarot commencent par agir de cette façon, cela fait partie du rite : plus on tente de les deviner, plus c’est avec soi-même que l’on parle.

Une synchronicité m’a évité de poursuivre dans cette direction. Je venais de recevoir la lettre d’un ami dont la dernière phrase était : « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt ».

En reposant la lettre sur la table où mes 22 lames majeures trônaient retournées, j’ai vu qu’elle touchait justement le bassin de l’arcane XVIII : La Lune, symbole – entre autres – de l’instabilité et de l’illusion.

Avec chaque arcane, vous passerez, vous aussi, par ce stade inévitable. Il deviendra pour vous comme un(e) amoureux(se) ou un membre de votre famille : vous allez l’adorer, le détester, le craindre… Vous attendrez de lui ce qu’il ne peut pas vous donner et refuserez ce qu’il pourrait vous apporter. Méfiez-vous de la puissance évocatrice des cartes : chaque arcane est une surface projective aussi puissante que les taches d’encre d’un test de Rorschach.

Les lames provoquent en nous des associations affectives dont nous devons prendre conscience. Les cartes – comme les mots – ont un sens précis, dont nos expériences ne doivent pas décider. Ce qui compte, c’est ce que la carte représente, pas ce qu’elle représente pour nous. Personne ne pourrait défendre l’idée selon laquelle le mot « voiture » prendrait le sens « d’accident », parce que c’est qu’il évoque pour vous. Vous ne diriez plus « j’ai eu un accident en tombant d’une échelle » mais « j’ai eu une voiture en tombant d’une échelle ». Absurde n’est-ce pas ?

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au point une méthode pour permettre à mes élèves de « rencontrer » chaque lame de manière à prendre conscience de leurs projections psychologiques et pouvoir ensuite étudier le sens véritable de chaque arcane.

Comment choisir son Tarot ?

Le Tarot a une origine qui ne le limite pas à ses images, nous en parlerons. Cela signifie que si chaque arcane a un sens précis, il peut être représenté de diverses façons. Un peu comme une peinture religieuse. Il y a des milliers de façons de peindre un saint chrétien. Si certains de ses attributs seront présents dans l’œuvre – comme le bâton de saint Christophe – la technique employée, les couleurs, les différences culturelles et l’époque pourront donner lieu à toutes sortes de représentations. Ces expressions différentes ne changeront rien à l’histoire de saint Christophe, à ce qu’il évoque pour les fidèles, ni à ce qu’ils pourront lui demander dans leur prière. Personne ne dira : « Le bâton n’est pas assez long la prière ne sera pas entendue ». Choisissez donc un Tarot parce qu’il vous attire.

Mais avec certaines réserves toutefois : j’étais arrivée à penser que les différentes expressions du Tarot étaient comme des polices d’écriture : peu importait leur forme, elle ne pouvait changer le sens du texte. En enseignant, j’ai découvert que l’égrégore du Tarot ne pouvait pas s’approcher d’une version créée par un illustrateur maltraitant ou ignorant. C’est le cas de certains Tarots bricolés à la dernière minute – souvent par des journaux – pour être offerts en cadeaux à leurs lecteurs. Ils peinent à dissimuler le mépris du dessinateur pressé et peu concerné. Mes élèves qui les utilisaient par habitude n’arrivaient pas à progresser. J’ai compris que les cartes de Tarot devaient être créées avec une sorte de foi pour traduire une volonté « d’accueil » respectueux envers les 22 arcanes. Peu importait l’humilité du dessin, seule l’intention et l’effort comptait.

Un jour où j’avais oublié le mien durant un voyage, j’ai fabriqué 22 arcanes avec l’emballage d’une boîte de biscottes en écrivant seulement leur nom et leur numéro sur le carton. Je les ai réalisés avec les moyens du bord, mais en m’appliquant. Le Tarot Biscotte a marché et m’a prédit un retour de vacances compliqué…  Que dire des 5 heures passées dans des bouchons causés par un carambolage le jour du départ ?
La fabrication d’un Tarot peut être une aventure initiatique, comme pour Thomas Perino qui vient de passer cinq ans à dessiner et graver le sien (2)

Le Tarot Perino ©Warren Lambert 2020

C’est très facile de choisir son jeu de Tarot car il en existe de magnifiques, comme ceux présentés dans la bible de Jessica Hundley, publiée chez Taschen en 2020, qui propose plus de 500 cartes et œuvres originales.

© Taschen 2020                Le Tarot de l’Eden,
                              Alika Lindbergh et Maud Kristen, page 145

Pour ma part, et en 35 ans, j’ai utilisé tous les Tarots possibles : Le Marseille, bien sûr, mais aussi le Visconti avec ses visages couleur ivoire mystérieusement éclairés de l’intérieur, qui semblent émerger de leur dorure sombre, telle l’Ophélie peinte par Millais dans son étang.

La Lune, Tarot Visconti

Mais aussi le Tarot d’Aleister Crowley dont les lames holographiques se dressent au milieu de perspectives vertigineuses

Le Pape, Tarot Thot Aleister Crowley

J’aime aussi le très seventies Aquarian Tarot dont les arcanes Art déco ont la douceur contenue des couleurs automnales.

La papesse, Aquarian Tarot

Un jour j’ai eu la chance de cocréer mon propre jeu, Le Tarot de L’Eden (3) avec lequel je travaille, même si j’utilise aussi le Marseille, le Visconti – et beaucoup d’autres – lorsque j’enseigne.

Choisir son Tarot avec son sixième sens ?

Avant le Tarot de l’Eden, je me suis demandé si mes affinités esthétiques pour un Tarot ou pour un autre n’étaient pas un biais, puisque ce n’était pas avec mes yeux physiques que je choisissais les lames que je tirais. J’ai donc décidé de laisser mon sixième sens trancher et choisir le Tarot qu’il préférait.

J’ai caché deux lames identiques – par exemple L’Impératrice – issues de jeux différents – dans des enveloppes distinctes. Puis, j’ai suivi un protocole pour devenir consciente de ce que chaque illustration provoquait en moi. Surprise ! Certains « beaux » Tarots ne résistèrent pas à ce test. Pas besoin d’acheter plusieurs jeux : imprimer une lame trouvée sur le net suffit pour réaliser l’expérience. À l’époque, en éliminant ces jeux parasites, je me suis aussi débarrassée de certaines tensions physiques ou d’inconforts émotionnels. J’enseigne aujourd’hui cette technique et les élèves m’ont confirmé avoir connu la même surprise et la même libération : les tarots choisis pour leur apparence ne seraient pas les plus inspirants.

Comment se souvenir des réponses du Tarot ?

Mon coup de foudre pour le Tarot n’a pas été intellectuel, mais métaphysique. Devenu familier, il a transformé à jamais ma perception de la réalité. Il m’a permis de découvrir que tout ce qui finirait par se produire – ou non – dans le monde de la matière était précédé par un double invisible. Pendant des années, j’ai noté tous mes tirages personnels. Cela représente des centaines de pages toujours disposées de la même façon : à gauche la question accompagnée du tirage qui en représentait l’évolution, à droite ce qui avait fini par arriver. Cette démarche m’a permis d’affiner le sens de certains arcanes appris dans des ouvrages traditionnels, mais aussi de repérer les erreurs à éviter. La pratique divinatoire du Tarot est un espace de confrontation entre la théorie et la vie. Le Tarot ne permet pas de changer le monde, mais comme le dit Thomas Perino de le prendre en main. C’est la raison pour laquelle, fin septembre, dans le cadre de mon nouveau séminaire, je choisirai une fois encore de travailler sur des questions quotidiennes pour apprendre à mes élèves comment évaluer la possibilité de réalisation d’une question, ou décider du meilleur choix possible Séminaire Tarot divinatoire | Ecole Maud Kristen

En notant vos tirages et vos interprétations, vous échapperez à cette mauvaise habitude qui consiste à faire des analyses éclair « au premier regard ».

Elles sont souvent épidermiques et superficielles. Angoissantes. Surtout lorsque la réponse est négative et qu’elle reste dans votre mémoire comme un message téléphonique effacé par mégarde… Mais que voulait dire cette carte à cette place ? C’est confronté à cette situation que vous risquez de faire quelque chose qu’il faut éviter absolument : Poser la même question plusieurs fois de suite !

Le Tarot est un maître qui ne parle qu’une fois. Inutile de lui répéter votre question deux fois coup sur coup, sans délai. Je dis deux fois, mais nous savons, vous et moi, que vous la lui poserez une dizaine de fois en trois jours si elle vous inquiète.

J’ai dû remplir quelques cahiers de tirages expérimentaux avant de découvrir combien de jours devaient s’écouler entre deux tirages sur un même thème. C’est la raison pour laquelle je vous conseille de poser des questions complémentaires, en lien avec la première. Elles devront être formulées de manière à vous donner une vision panoramique de la situation. Mais ne tentez jamais d’asservir le Tarot en l’interrogeant jusqu’à obtenir la réponse espérée : vous abîmeriez le lien qui vous relie à lui.

N’interrogez pas le Tarot dans n’importe quelles circonstances.

L’égrégore du Tarot est comme un oiseau céleste qui a peur du vacarme que font les émotions dans votre corps énergétique : la peur ou le désir, lorsqu’ils vous traversent, forment un épais bouclier à travers lequel il ne pourra plus « passer » : le tirage que vous obtiendrez traduira seulement vos craintes ou vos illusions, pas la réponse juste qu’il aurait pu vous donner.

Si vous devez lui poser une question importante, n’hésitez pas à allumer une bougie.

Fixez sa flamme et dirigez votre attention sur votre respiration. Interrogez les cartes seulement lorsque vous sentirez le calme revenu.

Pour dialoguer avec les arcanes, il faudra leur ouvrir votre cœur. Contrairement à une idée répandue, il ne peut pas exister d’usage ludique du Tarot.
Lorsque vous vivrez avec lui au quotidien, que votre sixième sens sera relié à ses lames, vous n’aurez plus aucun doute sur la valeur de ses réponses. Vous trouverez alors aussi naturel de le consulter que d’utiliser un GPS. À ce moment-là, vous comprendrez que les questions du type « Tu n’as pas peur que cela t’influence ? » découlent d’une représentation erronée selon laquelle Le Tarot vous désorienterait.

Votre œil physique vous influence-t-il lorsque vous roulez en voiture ? Comme la réponse est « oui », devriez-vous fermer les yeux en conduisant pour préserver votre libre arbitre ? Pourquoi devriez-vous faire confiance à vos sens physiques – qui eux aussi peuvent se tromper – et pas également à votre sixième sens ?

Si une accoutumance existe, elle n’a pas grand-chose à voir avec la divination. Elle consiste à multiplier les tirages compulsifs jusqu’à l’obtention du scénario désiré. Il s’agit alors de faire exister, dans une dimension parallèle, quelque chose ou quelqu’un qui est douloureusement absent(e) dans la réalité. Si votre ex est parti(e), rien de plus efficace, pour garder espoir, que d’interroger les cartes jusqu’à ce qu’elles prédisent son retour…

Si, pour une raison ou une autre, vous avez besoin de « croire » en l’issue heureuse d’une question, rien ne vous oblige à interroger le Tarot. Mais ne tentez pas de le forcer pour éviter un deuil nécessaire.

Un autre danger – qui vient avec la pratique – consiste à prendre le pouvoir sur les autres, parfois avec de bonnes intentions, en leur imposant des révélations sans qu’ils ne les aient souhaitées. C’est la raison pour laquelle j’ai créé une charte de bonne conduite, destinée à mes élèves, que j’ai envie, aujourd’hui, de partager avec tous La Charte de bonne conduite | Ecole Maud Kristen

Les livres grâce auxquels j’ai étudié le sens des arcanes étaient ceux d’Éliphas Lévi, de Court de Gébelin

Court de Gebelin : Le Monde primitif (1781)

de Papus – l’auteur du Tarot des Bohémiens ou d’Oswald Wirth. Je savais que ces auteurs prêtaient au Tarot des origines biblique, alchimique ou kabbalistique mais que ces récits appartenaient davantage à l’univers du mythe qu’à celui de l’histoire.

Pour la majorité des historiens, le tarot, simple jeu de carte, n’avait rien de magique. Apparu en Italie au milieu du XVe siècle, il s’était diffusé en France et en Suisse aux XVIe et XVIIe siècles à cause des guerres d’Italie, avant d’atteindre son âge d’or au XVIIIe siècle, période durant laquelle il était devenu de plus en plus populaire non seulement en Italie mais aussi en Sicile, en Belgique et en France.

Pour ces auteurs, la présence d’allégories chrétiennes dans les arcanes reflétait simplement la culture populaire déjà présente dans l’iconographie du Moyen Âge et de la Renaissance. Quant aux dessins de certaines lames – comme la Lune ou le Soleil – ils seraient la vulgarisation des connaissances astronomiques de l’époque. (4)

Quant aux théories qui, à partir du XIXe siècle, prétendaient donner au Tarot une valeur initiatique et ésotérique, elles n’avaient aucun fondement. Si elles avaient réussi à s’imposer au grand public, c’était à la faveur d’une rencontre avec le mouvement de contre-culture des années 1960.

À leurs yeux le Tarot n’était donc qu’un simple jeu de cartes « succesfull ».

 

Mais qui se cache derrière les 22 arcanes majeurs du Tarot : rencontre avec son papa…

Pour ma part, lorsque je pensais à l’origine des arcanes majeurs, j’avais une intuition. Comme Thomas Perino, j’imaginais qu’il fallait chercher le modèle absolu du Tarot dans le monde des idées. (5) C’est pour cette raison qu’aucune des démonstrations habituelles ne m’avait convaincue jusqu’à la découverte du travail extraordinaire d’un chercheur nommé Christophe Poncet. Découvrant le Tarot en 1982, il avait classiquement tenté de l’observer pour en comprendre le sens. Conscient que le code de signification des images variait suivant les lieux et les époques, il comprit que seule la connaissance de la date et du lieu de création du Tarot pourrait rendre possible son décryptage.

Pour découvrir ces deux éléments, il observa les vêtements portés par des arcanes du Tarot de Nicolas Conver – qu’il considérait comme le plus ancien à sa disposition- et les compara aux œuvres d’art de la Renaissance italienne. Il découvrit qu’ils correspondaient à ceux portés dans les villes d’Italie du Nord et d’Italie centrale dans le dernier quart du XVe siècle, notamment à Milan et Florence. Cette trouvaille le mena jusqu’à Marsile Ficin un des philosophes humanistes les plus influents de la renaissance.

Marsile Ficin

L’enquête méthodique menée pour arriver à cette conclusion est particulièrement convaincante.

Tout à la fois prêtre et astrologue, passionné d’hermétisme et d’alchimie, directeur de l’académie néoplatonicienne, le philosophe Florentin aurait probablement terminé sur le bûcher sans la protection de Cosme de Médicis et de Laurent le Magnifique.
Comme sa pensée mêlait les idées religieuses et philosophiques de l’antiquité et le christianisme, il eut l’idée géniale, pour échapper à une accusation d’hérésie, de la dissimuler derrière les vingt-deux atouts du tarot. Dans la prolongation de la tradition antique et médiévale de l’art de la mémoire, (6) les 22 lames majeures auraient servi, d’outil pédagogique aux étudiants de Ficin à moins que chaque arcane n’ait constitué une énigme savante à résoudre grâce à la pensée platonicienne.

Christophe Poncet n’est pas arrivé à cette conclusion sans arguments. Il a examiné les atouts avant de constater que plusieurs d’entre eux présentaient de fortes ressemblances avec les grands mythes de Platon : la caverne, le char de l’âme, le mythe d’Er, etc. C’est la raison pour laquelle il a entrepris d’étudier les écrits de Ficin et ainsi fait une incroyable découverte…

Ficin, en commentant les mythes de Platon n’avait pas été fidèle au texte original mais l’avait modifié en y incluant des influences astrologiques, mythiques et magiques. Dans un des commentaires de Platon évoquant le char de l’âme, il avait enrichi l’image d’éléments qui ne figurent pas dans le texte grec original, mais que nous retrouvons sur la carte du Chariot, l’arcane n° VII du Tarot.
Il écrit par exemple que la tête du conducteur est à la fois une et dédoublée. Et que pouvons-nous observer sur la carte du chariot ?

Chariot ©Arte Les mystères du Tarot de Marseille

On voit justement deux masques sur les épaules du conducteur, dans le prolongement de la tête, comme si celle-ci se dédoublait !
Aucun doute : ces libertés avec le texte original ne peuvent être que la signature de Ficin.
Cette théorie est magnifiquement développée dans le documentaire « Les Mystères du Tarot de Marseille » (7) un film réalisé par Christophe Poncet et Philippe Truffaut. A travers un périple entre Paris Berlin et Florence, nous découvrons des lieux magiques qui abritent des trésors de la Renaissance italienne et de l’Antiquité grecque. Mais le moment clef du film se déroule en Hongrie, dans les profondeurs du château d’Esztergom alors que Zsuzsanna Wierdl, qui restaure une fresque botticellienne que l’on croyait disparue, reconnaît dans l’arcane XIV, Tempérance, une œuvre de Botticelli.

Tempérance et la fresque de Botticelli ©Arte

Le documentaire se termine par une nouvelle hypothèse sur la structure du Tarot qui fera grincer les dents des adeptes d’une aventure initiatique censée se dérouler de manière chronologique en suivant la numérotation des 22 arcanes. Pour ma part, cette version ne m’avait jamais convaincue. Malgré la cohérence du récit, j’ai expérimenté qu’il n’était pas le seul possible en plaçant les 22 arcanes dans des ordres différents.
Je partage ici la démonstration de la disposition des arcanes majeurs selon un texte du Philosophe Florentin, sachant que Christophe Poncet, modeste, explique qu’il devra avoir terminé l’exégèse des 22 lames avant de s’assurer de la justesse son hypothèse…

… Et c’est pour bientôt !
La clef de l’ordre des lames serait cachée dans un passage d’un texte d’inspiration astrologique et numérologique (8) demeuré inexpliqué jusqu’à ce jour, qui présente l’âme sous la forme d’un tableau comportant 7 colonnes, une par astres connus à l’époque et comprenant trois niveaux : le céleste, l’intermédiaire et le terrestre. Les indications fournies par ce texte permettraient de placer chacun des arcanes du Tarot de Marseille dans chacune des 21 cases du tableau. Ficin se serait amusé à décrire comme une énigme la structure du jeu qu’il avait inventé ou dont il aurait été l’inspirateur en précisant que ces trois séries commencent par 3 multiples de 7.  Les sept colonnes se présenteraient ainsi :

La structure secrète des 22 lames majeures ©Arte

De gauche à droite la colonne de Jupiter, de Mars, de Vénus, puis les colonnes du Soleil et de la Lune qui se liraient ensemble suivies de celle de Mercure et enfin de Saturne.

Voici ce que propose Christophe Poncet au sujet de leurs signification :

« Celle de Jupiter, avec sa progression de bas en haut : c’est l’ascension de l’âme. En bas, le Chariot, numéro 7, qui représente le véhicule terrestre (Vehiculum Terrenum VT) de l’âme, c’est-à-dire l’âme incarnée. Au milieu la Tempérance, numéro 14 (=2×7) qui représente l’âme intermédiaire entre le terrestre et le divin. Elle a les pieds sur terre tout en ayant des ailes et harmonise le céleste avec le terrestre. En haut le Monde, numéro 21 (=3×7), l’âme en tant que quintessence céleste qui gouverne les quatre éléments. Dans la colonne suivante, celle de Mars, la progression est, inversement, de haut en bas, selon trois multiples de 5 : c’est la chute de l’homme – jusqu’à l’enfer – quand il se laisse entraîner par son destin. En haut, le Pape, numéro 5 ; au milieu la Roue de Fortune, numéro 10 (=2×5) ; en bas le Diable, numéro 15 (=3×5). La troisième colonne est toute féminine, comme il sied à Vénus. En haut la Papesse est la Vénus céleste, c’est-à-dire l’intelligence, au niveau intermédiaire, l’Étoile est la Vénus vulgaire, c’est-à-dire la Nature ; toutes deux se retrouvent en bas, de part et d’autre du jeune homme invité à choisir entre elles. Élira-t-il la Sagesse ou le Plaisir ? Les quatrièmes et cinquièmes colonnes se lisent mieux ensemble. En haut le couple Impératrice/Empereur marque l’opposition entre action et réaction, comme au milieu la Lune reflète la lumière du Soleil et comme en bas la puissance active de la Force contraste avec la puissance contemplative de l’Hermite. Observez comme les chevelures sont toutes dorées dans la colonne solaire alors qu’elles sont bleutées dans la colonne lunaire. Comme le jour s’oppose à la nuit. Dans la colonne de Mercure, tout est question de langage, avec le Bateleur en haut, c’est le verbe créateur, au milieu le Pendu représente la parole non tenue du renégat, en bas la Maison Dieu évoque Babel et la confusion des langues. Dans la colonne de Saturne, planète lointaine et pesante, sont exposées les grandes questions eschatologiques. En haut, La Justice, c’est la Justice divine, encore appelée Anankè ou Providence. En-dessous d’elle, le Jugement rend à chacun son dû. En bas, deux cartes pour un seul mystère. Deux cartes qui vont ensemble, l’une, qui porte le numéro XIII mais pas de nom ; l’autre qui porte le nom de Mat mais pas de numéro. L’une montre cet éternel recyclage qu’est la mort physique, l’autre présente la folle condition de l’âme incarcérée dans le tombeau de son corps, en attendant sa libération et le retour à Dieu. Deux faces d’une même réalité : l’âme immortelle dans un corps mortel.

Un homme, astrologue et poète, s’était douté de quelque chose. Il s’appelait Jean Carteret et semblait conscient du type d’intelligence qui se cachait derrière le Tarot.

Jean Carteret

Cet éveilleur (10), qui préférait parler à écrire, disait à propos de sa structure :

« La création a trouvé là le moyen de passer à travers la créature (la créature, ce sont ceux qui ont fait le Tarot) pour arriver à se manifester, à avoir vraiment en image ce que nous ne voyons pas du tout dans la réalité et qui nous présente une quantité de choses dont nous ne voyons plus les principes. En somme, c’est une révélation de principes, c’est un temple. »

La philosophie platonicienne n’attribue-t-elle pas une valeur suprême aux « idées » ou aux « essences », modèles supérieurs dotés d’une existence propre et indépendants du monde matériel ?

Une chose est certaine : grâce au travail de Titan de Christophe Poncet, à sa patience et à sa détermination, le Tarot de Marseille a enfin retrouvé son papa…

Et, comme dans toute reconnaissance de paternité posthume, espérons qu’il finira par porter son nom…
Les joueurs de cartes du XVIIe siècle, qui ignoraient l’existence du philosophe florentin, auraient modifié le « Tarot de Marsile » -ou de Marsilius- en « Tarot de Marseille », confondant ainsi sa ville de production avec son auteur disparu…

Quoi qu’il en soit, Le Tarot ne pourra plus jamais être considéré comme une simple série d’images dessinées sur des cartes à jouer : il est en train de devenir un livre.

Peut-être un des plus passionnants jamais écrits…
En attendant sa parution prochaine, nous pouvons suivre l’évolution du travail de Christophe Poncet sur son site internet https://www.3×7.org/fr/

 

Je vous attends avec grand plaisir pour le prochain séminaire Tarot !

Ecole Maud Kristen | Ecole du 6ème sens

Maud Kristen


NOTES

(1)Dior, défilé collection printemps-été 2021  https://www.youtube.com/watch?v=Xdu-yekBlHM

(2) Le Tarot Perino, un film de Warren Lambert (2020)
https://vimeo.com/472116492

(3) Le Tarot de l’Eden n’est pas disponible actuellement. Pour être tenu informé prioritairement de sa réédition : https://ecolemaudkristen.com/newsletter/

(4) Thierry DEPAULIS, « TAROT », Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/tarot/

(5) « Il n’y a pas de Tarot originel, explique Thomas Perino. C’est-à-dire que même le Tarot des Visconti, on dit que c’est le premier, mais parce que c’est le premier qu’on a en main. On est dans la mécanique d’un objet qui n’existe que par sa reproduction, et pourtant à chaque fois il est différent. Le modèle absolu, il est à chercher dans le monde des idées. »

:https://lelivresansvisage.blogspot.com/2020/11/le-confinement-est-fini-si-vous-le.html

(6) « Des mystères de l’Art de la mémoire aux mystères de la sémiotique » Emmanuelle Caccamo 2015 http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/mysteres-art-memoire-semiotique

(7) Les mystères du Tarot de Marseille, Philippe Truffault, Christophe Poncet,  Arte 2015.

Arte  : https://boutique.arte.tv/detail/mysteres_tarot_marseille  Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=Uf0yExawsNk

(8) De harmonica animae compositione, dans le Compendium de Marsile Ficin sur le Timée de Platon, chapitre 34 https://lejeudestriomphes.wixsite.com/lejeudestarots/post/christophe-poncet-et-les-myst%C3%A8res-du-tarot-de-marseille

(9) « Je ne suis pas un homme savant ou érudit. Je ne sais pas enseigner. Je suis un éveilleur » »

Jean François Maillard, Jean Carteret, Politica Hermetica N°2 1988

(10) Revue Question de No 37. Juillet-Août 1980

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne année à tous !

2021 : L’ANNÉE VISIONNAIRE
BONNE ANNÉE A TOUS !
En ce premier jour de la nouvelle année,

Trois Reines Magiciennes

Ont franchi
La nuit ombreuse
Encore Drapées
De poussière d’étoiles
Les dames de la Lune
Se sont posées
Sur le bras
Éternel d’un Lierre
Sans craindre le Soleil
Clarté
Sagesse
Et Vérité
Sont apparues dans mon jardin
Comme elles
Passons à travers les voiles
Sortons de l’ombre
Entrons
Dans la lumière.
Bonne année 2021 à tous !
Maud Kristen

Joyeux Noël à tous !

Un petit bonjour d’Uruguay où Noël a été celui de nos protégés…
Je n’avais que 14 ans en 1978 lorsque je me suis inscrite à la ligue Française contre la vivisection, rue Blanche à Paris.
2007 fut l’année de la découverte du martyre des Galgos espagnols, tournant de vie pour moi…
Quelques années plus tard, la vie m’aura donné la chance de pouvoir recueillir aujourd’hui, avec mon compagnon, plus de 25 chiens abandonnés à la rue, parfois dans un état grave, dont de nombreux Lévriers.
Leur bonheur est mon plus beau cadeau de Noël…
Joyeux Noël à tous, où que vous soyez !
Maud Kristen

Mais qu’est ce que l’Intuition ?

seminarie intuition - arbre intro

 

Mais qu’est ce que l’Intuition ?

Nous le savons…

Pour beaucoup d’entre nous l’Intuition, c’est une vérité cachée, trop timide pour se manifester et souvent réprimée.

Une vérité qui triomphe après coup et que l’on regrette de ne pas avoir écouté.

Car lorsqu’elle pointe son nez la raison s’empresse de la faire taire «  Qu’est ce qui te fait dire ça ? » « Tu es trop émotif (ve) » «  Sur quoi te bases- tu ? » sont les mots qui s’interposent entre Elle et Nous pour lui barrer le passage…

Mais comment démonter cette barrière de fausse sécurité qui nous prive d’une part de notre intelligence ?

L’intuition n’a pas qu’une seule définition et nous employons ce mot pour évoquer des niveaux de perceptions tellement différents…

Car quelle est la définition de l’Intuition ? Une année lumière sépare le petit frémissement -ce que j’appelle le ‘plexus-test’ lorsque nous percevons physiquement le danger ou le potentiel d’une situation- à la capacité de décrire, sans aucune information, sans aucun indice… une image cachée dans enveloppe close.

Impossible ? Justement non.

Car à l’Ecole, nous expérimentons le contraire.
Oui, l’Intuition s’apprend. Mais à la différence des jeux de logique il faut d’abord faire le chemin de la reconnexion. Retrouver ce continent effacé de notre carte intérieure… C’est ce que je vous propose.

Et les bénéfices de cette remise en liberté d’une part essentielle de nous-même nous accompagnent ensuite dans notre quotidien. Confiance en soi, discernement, mais aussi sentiment d’être davantage vivant (e), représentent des transformations profondes et bénéfiques. Pourquoi laisser à l’intuition le statut de petite voix en sourdine alors qu’elle est part la plus rapide et la plus adaptable de notre conscience ?
Nous n’avons rien à perdre à lui laisser reprendre sa place….