mardi, février 6 2018

Conférences : vous avez découvert la photo mystère !

JRP_8247. (photo couv conf Jean Romain Pac )jpg.jpg

Photo Jean Romain Pac

Pour tous ceux qui ont assisté aux conférences données à Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Montpellier j’ai proposé à tous les participants présents dans la salle- et après quelques exercices préparatoires- de découvrir quel était le lieu mystère que j’avais caché dans une enveloppe.

Vous avez tous participé avec enthousiasme.

De retour en Uruguay, j’ai voulu vous permettre de découvrir que certaines de vos réussites étaient étonnantes. Je suis donc retournée sur ce lieu pour vous fournir des précisions sur le lieu découvert. Vous étiez nombreux à avoir perçu des choses justes, qui n’étaient pas sur la photo. Parmi ces exercices réussis, je reproduis ici -avec son autorisation- le texte d’un participant ( Brice) et son dessin ( l’endroit vu du ciel : un chemin au milieu des arbres.)

paysagecible.jpg

La photo mystère.

Capture.PNG

Dessin de Brice

Brice à écrit :

Beaucoup de lumière. Je suis ébloui.

Parc ou jardin public : oui, des toboggans et des balançoires sont installés au bord de la plage.

Fleurs, cerisiers du japon. Les jardins des maisons qui sont à 40 m de la plage sont souvent fleuris.

Il fait doux.

J’entends de l’eau qui coule : oui c’est celle du Rio, fleuve si large qu’il ressemble à la mer et qu’il peut même être agité par de fortes vagues, lorsque le temps est mauvais.

Je suis seul, pas de gens : vrai, pour la photo qui été prise à un moment où la plage était déserte, et vrai 10 mois sur 12 comme la majorité des stations balnéaires.

Sentiment de paix et de tranquillité.

Un peu le « paradis » du bien être. Calme.

Oiseaux qui chantent

(Playa Santa Ana, le 2 février)

Et vous qu’avez-vous vu ?

Vous trouverez ci-dessous quelques illustrations …. Vous avez été nombreux à percevoir des parasols ? A entendre parler et rire des familles au bord de l’eau ? A sentir le vent sur votre peau ? A baigner dans une chaleur douce avec un léger vent ? Vous avez vu une végétation luxuriante ? Entendu le bruit des vagues ? Décelé de grands arbres verticaux ? Vous avez senti le contact du sable sous vos pieds ? Vu des maisons de vacances en arrière-plan ? Entendu des chevaux galoper ? Vous avez eu l’impression d’une pente qui descendait vers l’eau ? C’est bien normal : les arbres de la photo sont à 10 mètre au-dessous de la plage. Vous avez parlé d’une vue dégagée sur l’horizon ? De plantes qui poussaient au bord de l’eau ? L’un d’entre vous, a même évoqué très précisément une « mangrove » avec ses racines d’arbres entremêlées… Celle-ci existe bien. Elle est au bout de la plage, devant le camping « Club Yachting y Pesca ».

Voici donc quelques photos pour illustrer vos propos sur la photo mystère, prise à Santa Ana, une plage située à quelques kilomètres de Colonia del Sacramento.

DSC_5696.jpg

DSC_5704.jpg

DSC_5711.jpg

DSC_5722.jpg

DSC_5729.jpg

DSC_5731.jpg

DSC_5770.jpg

jardin Public .png

Vous pouvez également découvrir le lieu directement sur Google Maps : Playa Santa Ana Colonia Uruguay.

Encore bravo à tous ! … Et à très bientôt.

Maud Kristen

dimanche, février 4 2018

Compte rendu des derniers webinaires et conseils supplémentaires pour les élèves Premium et Solo…

Au mois de Novembre et de décembre dernier, j’ai proposé à 3 groupes d’élèves, de percevoir quelle était la mémoire des murs d’un lieu inconnu.

Les résultats ont parfois été étonnants. j'ai eu le plaisir de présenter un de ces exercices, particulièrement remarquable, à l'occasion des conférences de janvier 2018. Pour ressentir qui vivait dans ce lieu et quelle était son histoire, les élèves ont simplement mis en pratique la méthode proposée dans les leçons vidéo de l'école. La photo était celle d'une simple fenêtre, extraite elle-même d'une photo en plan plus large qui laissait voir la pièce en entier. Voici cette première photo :



IMG_1504.JPG

Seule information déductible, à cause d’une certaine intensité de lumière et d’un palmier aperçu en arrière plan, le lieu doit se situer dans un endroit chaud… Le style de la fenêtre, la peinture défraîchie , les rideaux évoquent un univers plutôt modeste. Mais lequel ? Un couple d’Uruguayens retraités qui seraient mes voisins ? Un atelier de confection en Asie ? Une loge de gardien dans un immeuble d’une ville du sud ?

La majorité des exercices parlerons de la même chose, à travers différents comptes rendus d’exercice, dont voici des extraits :

« Je vois des enfants, des jeunes, des visages de couleur »… « Il y a une mésentente familiale »… « C’est une Maison triste dans laquelle on s’ennuie »… « Je vois des enfants tristes et enfermés »… « On doit supporter son oncle et sa tante »… « Il y a un dortoir d’Ecole non ?.. » « Je vois comme des lits » « Ici on passe du rire aux larmes » « Impatience et tristesse » « Des adultes rendent visite à d’autres… » « C’est un Hôpital » « Je vois une blouse de soignant » « Un futur sombre et lointain » « Tout s’oppose à la facilité » « Il y a des enfants qui voudraient partir » « Gymnase, enfant, orphelinat » « C’est un centre de formation » « J’entends des enfants qui rient »… « L’ Internat d’une école » Mais certains élèves ont employé des expressions plus énigmatiques, comme celle-ci « Je vois un endroit où on organise Congrès de pompe funèbre » Or, cette fenêtre est celle d’un… orphelinat Marocain, situé à Marrakech.

image 2.png

Cet orphelinat de Marrakech a été crée en 1934 par des nobles bienfaiteurs et le roi Mohamed V. Les enfants qui y grandissent ont perdu leurs parents, ou l’un d’entre eux, ou encore ces derniers ne sont plus en mesure d’assurer leur éducation…

« Bienfaisance », appelée aussi Maison de l’enfant Dar-Tifl, est l’unique orphelinat de Marrakech. Les orphelins y arrivent souvent vers 5 ans et y restent jusqu’à leur majorité, parfois même au-delà. L’orphelinat est décrit comme humain, vivant grâce au bénévolat de nombreuses personnes parmi lesquelles des « mamans de substitution » mais aussi des médecins et des dentistes qui consacrent quelques heures de leur temps, à tour de rôle, pour leur apporter les soins nécessaires. Scolarisés dans les établissement alentours, les enfants sont encadrés et semblent bénéficier de cours de gymnastique, de musique, de peinture notamment durant leurs vacances scolaires….

Quelle justesse !

Bravo aux élèves de septembre 2017… Quand on observe leur réussite on peut constater que celle-ci s’exprime à travers différents canaux :

Les « sens » physiques semblent les déclencheurs « je vois des visages de couleur », « J’entends des enfants qui rient »…… » et permettent ensuite des perceptions qui synthétisent parfaitement la situation comme ces expressions « tout s’oppose à la facilité » « un avenir sombre et lointain » mais aussi des énoncés presque mystérieux comme « « Un endroit où on organise un congrès de pompe funèbre »… Quelle métaphore pour parler d’un lieu où vivent essentiellement des enfants dont les parents sont décédés…

Quelques conseils pour arriver à ce type de résultat :

- Ne tentez pas de faire ce type d’exercice à des moments où vous n’en avez pas envie, où vous vous sentez fatigués, démotivés. L’inspiration est primordiale pour visiter une « cible ».

- N’essayez pas de repérer le peu d’indices que la photo donne pour déterminer une liste de situation possibles avant de commencer. C’est le meilleur moyen de donner le pouvoir à votre mental, qui ne pourra jamais trouver la solution.

- Faites confiance à la première perception, c’est souvent la bonne. Prenez le temps de la ressentir pleinement. - Notez. Ou parlez dans un dictaphone. C’est en les énonçant que les perceptions se construisent et évoluent

- N’ayez pas peur de répéter la même chose, avec des mots différents, comme si vous faisiez un effort de mémorisation laborieux. C’est un classique dans ce type d’expérience.*

- Sentez-vous libres de dire des choses étranges, contradictoires, bizarres, poétiques mais ne vous laissez pas embarqués dans une narration romanesque qui « décolle » : restez centrés sur vos perceptions, soyez le traducteur des images et des sensations qui vous traversent, restituez les avec fidélité.

- Persévérez : certaines cibles sont plus parlantes que d’autres, ne vous laissez pas décourager !

  • Lire à ce sujet quelques compte rendu d’expériences : Bertrand Meheust, Alexis Didier, 1826-1866. Editions les Empêcheurs de Penser en Rond.
https://www.amazon.fr/voyant-prodigieux-Alexis-Didier-1826-1866/product-reviews/2846710503/ref=dpx_acr_txt?showViewpoints=1

mercredi, décembre 20 2017

Tutoriel N°2 : Comment évacuer les sensations parasites après un exercice ?

Cascade d'or  01.02.53[2781].png

Vous avez terminé un exercice et vous n'arrivez pas à vous débarrasser des sensations qu'il a laissé en vous ?

Le pouvoir purificateur de l'eau est bien connu : je vous propose de l'utiliser.

Choisissez un soin lavant pour la douche et un shampoing dont le parfum vous réconforte. Idéalement ne l'utilisez que pour cet usage. Fermez les yeux. Debout sous le jet de la douche, laissez l'eau couler du sommet de votre crâne tout le long de votre corps. Imaginez la couleur dorée. Dirigez ensuite toute votre attention sur vos sensations au contact de l'eau. Suivez son trajet en commençant par le haut de votre crâne, puis par les épaules, les bras, les jambes et enfin les pieds. Déplacez votre conscience sur les différentes parties de votre corps en contact avec l'eau. Savonnez-vous de la tête aux pieds en insistant sur le crâne, les mains, les pieds. Pendant ce temps, visualisez les images résiduelles qui vous envahissent en train de se dissoudre, emportées par l'eau et le savon. Visualisez toutes les sensations qui vous gênent, vous perturbent comme des images holographiques qui s'évanouissent, diluées par l'eau avant d'être aspirées par le siphon. Rincez vous ensuite abondamment. Durant cette dernière phase, gardez toujours les yeux fermés et imaginez une lumière blanche (ou bleu pale) tout autour de votre corps et de votre tête.

Ouvrez les yeux et séchez vous avec soin.

Reproduisez l'opération si les sensations résiduelles persistent.

Maud Kristen

mardi, octobre 17 2017

Tutoriel n°1 Comment cultiver sa mémoire expérimentale ?


COMMENT CULTIVER SA MEMOIRE EXPERIMENTALE ?


Annexe aux travaux pratiques de la leçon n°1et de la leçon n°2

Bonjour à tous,

Pour évaluer vos remémorations je vous propose un exercice.

Il consiste à classer dans 3 boites différentes les phrases de l'exercice de remémoration "Votre premier souvenir d'école" d'Annick, 45 ans fleuriste.

  • A Gauche, « la bonne boîte » celle de la mémoire expérimentale.

BOITE_1.png

  • A Droite « la mauvaise boite » celles des souvenirs, ordinaires.

BOITE_2.png

  • Au centre la boîte des informations neutre, à creuser en interrogeant vos ressentis pour les rendre plus personnels.

BOITE.png



Annick : Je me souviens d’une rentrée scolaire dans une nouvelle école , ce devait être en CE2, ma famille venait de déménager. L’école se situait en région parisienne, en banlieue ouest, dans le 92, à la frontière de Nanterre. Le bâtiment en brique rouge m’a tout de suite fait peur. Le hall était immense, avec un fresque très colorée et monumentale, un peu effrayante, qui représentait je ne sais plus quoi au juste, des visages d’enfant, et un arlequin qui me semblait menaçant. C’était une peinture assez laide dans le style année 30. Nous arrivions de Normandie, nous avions quitté un village pour se retrouver là car mes parents étaient commerçants et ils venaient de s’y installer. L’école de B… était une école de campagne. J’ai encore dans les oreilles les cris de tous les enfants, dans ce hall plein d’écho. J’ai eu un choc, j’étais tétanisée. La banlieue parisienne n’a rien à voir avec la campagne. J’ai embrassé ma mère en ayant l’impression que je ne la reverrais plus, elle sentait bon l’eau de Cologne. Je crois que j’ai pleuré. C’était pas la joie. Je ne comprenais pas ce que je faisais là. La cour de récréation faisait 10 fois la taille de celle de mon ancienne école. J’étais perdue. A un moment j’ai sentit une main sur mon épaule : c’était mon cousin Paul, qui était deux classes au dessus de moi. C’était mon modèle . A ce moment là j’ai été un peu rassurée à l’idée qu’il serait là mais je suis restée triste. C’et comme si j’avais su que je ne serais jamais heureuse dans cette ville qui sentait le bitume et les pots d’échappement. Il faisait très chaud pour un début septembre, je transpirais …




Que pensez-vous de ce récit ? Prenez votre cahier et divisez votre page en trois colonnes :

Ecrivez dans la colonne de gauche ce que vous pensez devoir classer dans « la bonne boîte », celle de la mémoire expérimentale.

BOITE_1.png
Ecrivez dans la colonne de droite ce que vous pensez devoir classer dans « la mauvaise boîte ».
BOITE_2.png
Au centre, recopiez dans la « la boîte neutre » les phrases qui mériteraient d’être « creusées » pour devenir plus profondes, plus vécues, et plus personnelles.
BOITE.png

C'est à vous !

Ma correction de l’exercice est ICI
Attention, à n’ouvrir avec le mot de passe - qui vous sera donné aujourd'hui mercredi 18 octobre - qu’après avoir fait vous même la remémoration de votre premier souvenir d'école
Maud Kristen

vendredi, septembre 15 2017

Bienvenue à l'Ecole !

Chers Elèves,

C'est une grande joie pour moi ce vous accueillir pour ce nouveau séminaire "De l'intuition à la clairvoyance".

Une fois encore vous avez été nombreux à nous rejoindre ! Je tenais à vous remercier sur le blog de votre confiance et de votre fidélité puisque certains d'entre vous ont déjà suivi les séminaires Solo et Prémium de Tarot.

Comme convenu, vous recevrez aujourd'hui par mail les conseils préparatoires à notre aventure. Le lien de téléchargement de votre première vidéo vous sera envoyé le vendredi 29 Septembre.

Nous nous retrouverons sur ce blog où vous trouverez des conseils -issus de mes échanges avec vos camarades prémium- tout au long de votre séminaire...

Bienvenue à l'école...

Maud Kristen.

Maud_Kristen_2017.jpg

lundi, octobre 17 2016

Tutoriel 1 Correction de l'exercice

J’ai repris moi aussi chaque phrase d’Annick pour les classer dans les trois boîtes et ajouter des commentaires.



Lire la suite...