Quel est le secret d’une communication réussie avec les arcanes ?

La Papesse, Aquarian Tarot

Accepter de parler aux lames comme à des personnes véritables dont il faudrait deviner la personnalité… au lieu d’apprendre par cœur les propriétés de morceaux de cartons comme on étudierait des verbes transitifs en anglais.

Mon conseil : Que vous soyez ou non débutants, essayez, vous aussi, de regarder les lames comme si elles étaient vivantes – elles le sont symboliquement puisque des milliers de personnes les interrogent tous les jours-
Rentrez en contact, posez-leur les questions que je vous ai suggérées. Lorsque l’opération est réussie, vous « ressentez » parfois des sensations émotionnelles – plaisir, affection, antipathie- mais aussi physiques (chaleur, froideur, oppression, picotements) en les touchant et en les interrogeant. Ou encore, elles vous transportent dans des paysages, des lieux, des tableaux ou des films que vous avez aimés… ou vous font penser à des personnes que vous connaissez : suivez-les partout où elles emmènent votre imagination, c’est signe que la connexion fonctionne…

Les lames sont des principes énergétiques puissants qui ne doivent pas vous laisser indifférent(e)
VOUS NE POUVEZ PAS ÉTUDIER LES ARCANES EN LES OBSERVANT DE L’EXTÉRIEUR :  ILS NE SONT PAS UN OBJET D’ÉTUDE COMME LES AUTRES.
IL VOUS FAUT COMMUNIQUER AFFECTIVEMENT ET INTUITIVEMENT AVEC EUX …

Certains arcanes posés sous l’oreiller provoquent des songes agités, d’autres vous emportent dans des rêves merveilleux…
Et n’oubliez pas de noter tout ce que vous ressentez à votre réveil.

Une astuce encore : je vous ai suggéré de laisser chaque lame à étudier dans votre portefeuille une journée et une nuit, sous votre oreiller, avant de l’interroger :

Si rien ne vient, n’hésitez pas à recommencer.

1) Faites à nouveau votre exercice de relaxation.

2) Fermez les yeux.

3) Placer la lame – face imprimée ou dos cela n’a aucune importance- sur votre front ou sur votre plexus quelques instants après avoir fait votre exercice de relaxation.

4) Posez lui les questions que je vous ai suggérées.

Mais vous pouvez aller encore plus loin pour les découvrir :

Lorsque nous étions enfants, nous discutions avec nos poupées et nos peluches et nous devenions cosmonaute ou infirmière grâce à une simple panoplie.

Et si vous essayiez, aujourd’hui de retrouver ce même état d’esprit, sans a priori ? Mimez les lames, devenez chacune d’entre elle : vous serez surpris de découvrir la connaissance intuitive que vous obtiendrez par ce procédé…
À vous de jouer !

Notre aventure s’annonce riche et je me réjouis de vous retrouver très vite pour de nouveaux conseils.

Maud Kristen

… Et si Botticelli avait dessiné Tempérance, l’arcane majeur n° XIV du Tarot ?


 

En 2021, les arcanes majeurs du Tarot ont commencé l’année en défilant pour la Maison Dior dans un court métrage sublime Le Château du Tarot signé Mateo Garrone et tourné dans le château de Sammezzano pour la collection printemps-été 2021.

©Archimède

C’était le choix de Maria Grazia Chiuri, directrice artistique de la maison, qui voulait sublimer l’art divinatoire. D’abord en hommage à Christian Dior qui, tout au long de sa vie, consulta des voyantes et disait : « Le trait le plus important de ma vie – je serais à la fois ingrat et mensonger si je ne le reconnaissais pas immédiatement – a été ma chance ; et je dois aussi reconnaître ma dette envers les voyants qui l’ont prédite. »

Ensuite, parce que durant le premier confinement, la directrice artistique de Dior avait décidé d’approfondir sa connaissance du tarot, en lisant notamment Le Château des destins croisés, roman d’Italo Cavino.

Enfin, parce que l’isolement pandémique et la solitude l’auraient amenée à se tourner vers ce chemin de connaissance.

Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l’impératrice dessinée par Alika Lindbergh pour notre Tarot de L’Eden avait peut-être influencé la création de cette robe !…

Dior©Archimède                 L'Impératrice
                               Tarot de l'Eden

Indépendamment de cette petite fierté, je faillis pleurer d’émotion en voyant pour la première fois les lames majeures, aussi belles et bien habillées. Un peu de luxe devait les changer.

Depuis des siècles que les arcanes se cachaient, accusés de fautes qu’ils n’avaient pas commises, traversant l’espace et le temps, éternels errants, objet de fantasmes sur leurs origines, causant d’infinies querelles sur leur forme première et authentique…

« 22 arcanes, 22 merveilles : l’égrégore qui revient de loin. » C’est de cette façon que je pense aux 22 lames majeures, chaque fois que je les touche.

Ne pas avoir de date de naissance ni de parents, pas davantage de nationalité devait forcément leur avoir causé des problèmes…

Orphelines et sans passeport… Comment avaient-elles pu résister ?

La première fois que j’ai tenu dans mes mains un Tarot de Marseille, j’ai ressenti un choc électrique. J’ai compris qu’à cause de son histoire, il était capable de mener en bateau ceux qui ne le respectaient pas. Je me suis dit « fais attention ».

Aujourd’hui, j’ai passé tant d’heures, un Tarot entre les mains, que je connais son poids exact. Si deux cartes manquent, je le sens.

À l’époque où je l’ai rencontré, personne ne savait d’où il venait.

Les choses ont changé, nous y reviendront.

Mais la connaissance de son origine n’expliquera jamais « comment il marche ». Bien que supposés appartenir à des registres différents, les usages, psychologiques ou divinatoires, du Tarot posent le même problème rationnel : les cartes étant tirées face cachée, quelle est la part de notre conscience qui dirige notre main vers celles qui nous révèleront des aspects de notre vie intérieure ou répondront à nos questions sur le futur ?…

À la question « comment ça marche ? », j’ai d’abord imaginé répondre qu’une part de la conscience se dirigeait vers les symboles, car elle visualisait les lames intuitivement. Au fil du temps, j’ai acquis la conviction que chacun des 22 arcanes majeurs constituait le 1/22e d’un égrégore gigantesque, nourri des échanges de millions de personnes, qui, dans le monde, en interrogeant les cartes, créaient avec elles un dialogue dont les traces invisibles formaient une sorte de « data » composé de milliards d’allées et venues d’informations. Je crois que les lames sont devenues des énergies vivantes.

Invisibles, mais présents dans une dimension parallèle, les arcanes flottent au-dessus de nos têtes, prêts à l’interaction. Ils peuvent répondre à n’importe quelle question, mais pas n’importe comment.  À l’occasion d’un nouveau séminaire dédié à l’apprentissage du Tarot, qui commence très bientôt, Tarot divinatoire | Ecole Maud Kristen  

j’ai envie de vous parler des précautions à prendre lorsque vous les interrogez.

Lorsque j’ai acheté mon premier Tarot de Marseille, j’ai essayé d’utiliser le livret qui l’accompagnait.  Succinct et théorique, il donnait des lames des significations abstraites et ambiguës. Impossible de les décliner pour comprendre la réponse à une question concrète.
Alors, j’ai essayé de regarder les cartes pour les décrypter. Cela n’a pas été facile d’autant que mon impression première était : « Comme elles sont laides » !

C’est leur première ruse pour décourager l’importun. Personne n’échappant au piège de la projection psychologique, j’y ai succombé. Je vous passe mes sympathies et mes antipathies pour les arcanes, ce que naïvement je croyais percevoir. Comment ne pas être noyé par des sentiments contradictoires, captivé par une sensation d’évidence mais aussi de dissimulation ? Comment ne pas être submergé par une impression de disgrâce et d’harmonie conjuguées, en observant le costume théâtral du Chariot,

 

la nudité crue des personnages du Jugement, l’expression morne de la Justice ou encore les animaux hybrides et habillés comme ceux de la Roue de fortune

Et enfin, comment intégrer cette abondance de détails incompréhensibles comme le sourire engageant de ce garçon décapité qui sombre dans la boue noire de l’arcane sans nom avec sa couronne bien droite plantée sur la tête ?

 

Les lames du tarot commencent par agir de cette façon, cela fait partie du rite : plus on tente de les deviner, plus c’est avec soi-même que l’on parle.

Une synchronicité m’a évité de poursuivre dans cette direction. Je venais de recevoir la lettre d’un ami dont la dernière phrase était : « Quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt ».

En reposant la lettre sur la table où mes 22 lames majeures trônaient retournées, j’ai vu qu’elle touchait justement le bassin de l’arcane XVIII : La Lune, symbole – entre autres – de l’instabilité et de l’illusion.

Avec chaque arcane, vous passerez, vous aussi, par ce stade inévitable. Il deviendra pour vous comme un(e) amoureux(se) ou un membre de votre famille : vous allez l’adorer, le détester, le craindre… Vous attendrez de lui ce qu’il ne peut pas vous donner et refuserez ce qu’il pourrait vous apporter. Méfiez-vous de la puissance évocatrice des cartes : chaque arcane est une surface projective aussi puissante que les taches d’encre d’un test de Rorschach.

Les lames provoquent en nous des associations affectives dont nous devons prendre conscience. Les cartes – comme les mots – ont un sens précis, dont nos expériences ne doivent pas décider. Ce qui compte, c’est ce que la carte représente, pas ce qu’elle représente pour nous. Personne ne pourrait défendre l’idée selon laquelle le mot « voiture » prendrait le sens « d’accident », parce que c’est qu’il évoque pour vous. Vous ne diriez plus « j’ai eu un accident en tombant d’une échelle » mais « j’ai eu une voiture en tombant d’une échelle ». Absurde n’est-ce pas ?

C’est la raison pour laquelle j’ai mis au point une méthode pour permettre à mes élèves de « rencontrer » chaque lame de manière à prendre conscience de leurs projections psychologiques et pouvoir ensuite étudier le sens véritable de chaque arcane.

Comment choisir son Tarot ?

Le Tarot a une origine qui ne le limite pas à ses images, nous en parlerons. Cela signifie que si chaque arcane a un sens précis, il peut être représenté de diverses façons. Un peu comme une peinture religieuse. Il y a des milliers de façons de peindre un saint chrétien. Si certains de ses attributs seront présents dans l’œuvre – comme le bâton de saint Christophe – la technique employée, les couleurs, les différences culturelles et l’époque pourront donner lieu à toutes sortes de représentations. Ces expressions différentes ne changeront rien à l’histoire de saint Christophe, à ce qu’il évoque pour les fidèles, ni à ce qu’ils pourront lui demander dans leur prière. Personne ne dira : « Le bâton n’est pas assez long la prière ne sera pas entendue ». Choisissez donc un Tarot parce qu’il vous attire.

Mais avec certaines réserves toutefois : j’étais arrivée à penser que les différentes expressions du Tarot étaient comme des polices d’écriture : peu importait leur forme, elle ne pouvait changer le sens du texte. En enseignant, j’ai découvert que l’égrégore du Tarot ne pouvait pas s’approcher d’une version créée par un illustrateur maltraitant ou ignorant. C’est le cas de certains Tarots bricolés à la dernière minute – souvent par des journaux – pour être offerts en cadeaux à leurs lecteurs. Ils peinent à dissimuler le mépris du dessinateur pressé et peu concerné. Mes élèves qui les utilisaient par habitude n’arrivaient pas à progresser. J’ai compris que les cartes de Tarot devaient être créées avec une sorte de foi pour traduire une volonté « d’accueil » respectueux envers les 22 arcanes. Peu importait l’humilité du dessin, seule l’intention et l’effort comptait.

Un jour où j’avais oublié le mien durant un voyage, j’ai fabriqué 22 arcanes avec l’emballage d’une boîte de biscottes en écrivant seulement leur nom et leur numéro sur le carton. Je les ai réalisés avec les moyens du bord, mais en m’appliquant. Le Tarot Biscotte a marché et m’a prédit un retour de vacances compliqué…  Que dire des 5 heures passées dans des bouchons causés par un carambolage le jour du départ ?
La fabrication d’un Tarot peut être une aventure initiatique, comme pour Thomas Perino qui vient de passer cinq ans à dessiner et graver le sien (2)

Le Tarot Perino ©Warren Lambert 2020

C’est très facile de choisir son jeu de Tarot car il en existe de magnifiques, comme ceux présentés dans la bible de Jessica Hundley, publiée chez Taschen en 2020, qui propose plus de 500 cartes et œuvres originales.

© Taschen 2020                Le Tarot de l’Eden,
                              Alika Lindbergh et Maud Kristen, page 145

Pour ma part, et en 35 ans, j’ai utilisé tous les Tarots possibles : Le Marseille, bien sûr, mais aussi le Visconti avec ses visages couleur ivoire mystérieusement éclairés de l’intérieur, qui semblent émerger de leur dorure sombre, telle l’Ophélie peinte par Millais dans son étang.

La Lune, Tarot Visconti

Mais aussi le Tarot d’Aleister Crowley dont les lames holographiques se dressent au milieu de perspectives vertigineuses

Le Pape, Tarot Thot Aleister Crowley

J’aime aussi le très seventies Aquarian Tarot dont les arcanes Art déco ont la douceur contenue des couleurs automnales.

La papesse, Aquarian Tarot

Un jour j’ai eu la chance de cocréer mon propre jeu, Le Tarot de L’Eden (3) avec lequel je travaille, même si j’utilise aussi le Marseille, le Visconti – et beaucoup d’autres – lorsque j’enseigne.

Choisir son Tarot avec son sixième sens ?

Avant le Tarot de l’Eden, je me suis demandé si mes affinités esthétiques pour un Tarot ou pour un autre n’étaient pas un biais, puisque ce n’était pas avec mes yeux physiques que je choisissais les lames que je tirais. J’ai donc décidé de laisser mon sixième sens trancher et choisir le Tarot qu’il préférait.

J’ai caché deux lames identiques – par exemple L’Impératrice – issues de jeux différents – dans des enveloppes distinctes. Puis, j’ai suivi un protocole pour devenir consciente de ce que chaque illustration provoquait en moi. Surprise ! Certains « beaux » Tarots ne résistèrent pas à ce test. Pas besoin d’acheter plusieurs jeux : imprimer une lame trouvée sur le net suffit pour réaliser l’expérience. À l’époque, en éliminant ces jeux parasites, je me suis aussi débarrassée de certaines tensions physiques ou d’inconforts émotionnels. J’enseigne aujourd’hui cette technique et les élèves m’ont confirmé avoir connu la même surprise et la même libération : les tarots choisis pour leur apparence ne seraient pas les plus inspirants.

Comment se souvenir des réponses du Tarot ?

Mon coup de foudre pour le Tarot n’a pas été intellectuel, mais métaphysique. Devenu familier, il a transformé à jamais ma perception de la réalité. Il m’a permis de découvrir que tout ce qui finirait par se produire – ou non – dans le monde de la matière était précédé par un double invisible. Pendant des années, j’ai noté tous mes tirages personnels. Cela représente des centaines de pages toujours disposées de la même façon : à gauche la question accompagnée du tirage qui en représentait l’évolution, à droite ce qui avait fini par arriver. Cette démarche m’a permis d’affiner le sens de certains arcanes appris dans des ouvrages traditionnels, mais aussi de repérer les erreurs à éviter. La pratique divinatoire du Tarot est un espace de confrontation entre la théorie et la vie. Le Tarot ne permet pas de changer le monde, mais comme le dit Thomas Perino de le prendre en main. C’est la raison pour laquelle, fin septembre, dans le cadre de mon nouveau séminaire, je choisirai une fois encore de travailler sur des questions quotidiennes pour apprendre à mes élèves comment évaluer la possibilité de réalisation d’une question, ou décider du meilleur choix possible Séminaire Tarot divinatoire | Ecole Maud Kristen

En notant vos tirages et vos interprétations, vous échapperez à cette mauvaise habitude qui consiste à faire des analyses éclair « au premier regard ».

Elles sont souvent épidermiques et superficielles. Angoissantes. Surtout lorsque la réponse est négative et qu’elle reste dans votre mémoire comme un message téléphonique effacé par mégarde… Mais que voulait dire cette carte à cette place ? C’est confronté à cette situation que vous risquez de faire quelque chose qu’il faut éviter absolument : Poser la même question plusieurs fois de suite !

Le Tarot est un maître qui ne parle qu’une fois. Inutile de lui répéter votre question deux fois coup sur coup, sans délai. Je dis deux fois, mais nous savons, vous et moi, que vous la lui poserez une dizaine de fois en trois jours si elle vous inquiète.

J’ai dû remplir quelques cahiers de tirages expérimentaux avant de découvrir combien de jours devaient s’écouler entre deux tirages sur un même thème. C’est la raison pour laquelle je vous conseille de poser des questions complémentaires, en lien avec la première. Elles devront être formulées de manière à vous donner une vision panoramique de la situation. Mais ne tentez jamais d’asservir le Tarot en l’interrogeant jusqu’à obtenir la réponse espérée : vous abîmeriez le lien qui vous relie à lui.

N’interrogez pas le Tarot dans n’importe quelles circonstances.

L’égrégore du Tarot est comme un oiseau céleste qui a peur du vacarme que font les émotions dans votre corps énergétique : la peur ou le désir, lorsqu’ils vous traversent, forment un épais bouclier à travers lequel il ne pourra plus « passer » : le tirage que vous obtiendrez traduira seulement vos craintes ou vos illusions, pas la réponse juste qu’il aurait pu vous donner.

Si vous devez lui poser une question importante, n’hésitez pas à allumer une bougie.

Fixez sa flamme et dirigez votre attention sur votre respiration. Interrogez les cartes seulement lorsque vous sentirez le calme revenu.

Pour dialoguer avec les arcanes, il faudra leur ouvrir votre cœur. Contrairement à une idée répandue, il ne peut pas exister d’usage ludique du Tarot.
Lorsque vous vivrez avec lui au quotidien, que votre sixième sens sera relié à ses lames, vous n’aurez plus aucun doute sur la valeur de ses réponses. Vous trouverez alors aussi naturel de le consulter que d’utiliser un GPS. À ce moment-là, vous comprendrez que les questions du type « Tu n’as pas peur que cela t’influence ? » découlent d’une représentation erronée selon laquelle Le Tarot vous désorienterait.

Votre œil physique vous influence-t-il lorsque vous roulez en voiture ? Comme la réponse est « oui », devriez-vous fermer les yeux en conduisant pour préserver votre libre arbitre ? Pourquoi devriez-vous faire confiance à vos sens physiques – qui eux aussi peuvent se tromper – et pas également à votre sixième sens ?

Si une accoutumance existe, elle n’a pas grand-chose à voir avec la divination. Elle consiste à multiplier les tirages compulsifs jusqu’à l’obtention du scénario désiré. Il s’agit alors de faire exister, dans une dimension parallèle, quelque chose ou quelqu’un qui est douloureusement absent(e) dans la réalité. Si votre ex est parti(e), rien de plus efficace, pour garder espoir, que d’interroger les cartes jusqu’à ce qu’elles prédisent son retour…

Si, pour une raison ou une autre, vous avez besoin de « croire » en l’issue heureuse d’une question, rien ne vous oblige à interroger le Tarot. Mais ne tentez pas de le forcer pour éviter un deuil nécessaire.

Un autre danger – qui vient avec la pratique – consiste à prendre le pouvoir sur les autres, parfois avec de bonnes intentions, en leur imposant des révélations sans qu’ils ne les aient souhaitées. C’est la raison pour laquelle j’ai créé une charte de bonne conduite, destinée à mes élèves, que j’ai envie, aujourd’hui, de partager avec tous La Charte de bonne conduite | Ecole Maud Kristen

Les livres grâce auxquels j’ai étudié le sens des arcanes étaient ceux d’Éliphas Lévi, de Court de Gébelin

Court de Gebelin : Le Monde primitif (1781)

de Papus – l’auteur du Tarot des Bohémiens ou d’Oswald Wirth. Je savais que ces auteurs prêtaient au Tarot des origines biblique, alchimique ou kabbalistique mais que ces récits appartenaient davantage à l’univers du mythe qu’à celui de l’histoire.

Pour la majorité des historiens, le tarot, simple jeu de carte, n’avait rien de magique. Apparu en Italie au milieu du XVe siècle, il s’était diffusé en France et en Suisse aux XVIe et XVIIe siècles à cause des guerres d’Italie, avant d’atteindre son âge d’or au XVIIIe siècle, période durant laquelle il était devenu de plus en plus populaire non seulement en Italie mais aussi en Sicile, en Belgique et en France.

Pour ces auteurs, la présence d’allégories chrétiennes dans les arcanes reflétait simplement la culture populaire déjà présente dans l’iconographie du Moyen Âge et de la Renaissance. Quant aux dessins de certaines lames – comme la Lune ou le Soleil – ils seraient la vulgarisation des connaissances astronomiques de l’époque. (4)

Quant aux théories qui, à partir du XIXe siècle, prétendaient donner au Tarot une valeur initiatique et ésotérique, elles n’avaient aucun fondement. Si elles avaient réussi à s’imposer au grand public, c’était à la faveur d’une rencontre avec le mouvement de contre-culture des années 1960.

À leurs yeux le Tarot n’était donc qu’un simple jeu de cartes « succesfull ».

 

Mais qui se cache derrière les 22 arcanes majeurs du Tarot : rencontre avec son papa…

Pour ma part, lorsque je pensais à l’origine des arcanes majeurs, j’avais une intuition. Comme Thomas Perino, j’imaginais qu’il fallait chercher le modèle absolu du Tarot dans le monde des idées. (5) C’est pour cette raison qu’aucune des démonstrations habituelles ne m’avait convaincue jusqu’à la découverte du travail extraordinaire d’un chercheur nommé Christophe Poncet. Découvrant le Tarot en 1982, il avait classiquement tenté de l’observer pour en comprendre le sens. Conscient que le code de signification des images variait suivant les lieux et les époques, il comprit que seule la connaissance de la date et du lieu de création du Tarot pourrait rendre possible son décryptage.

Pour découvrir ces deux éléments, il observa les vêtements portés par des arcanes du Tarot de Nicolas Conver – qu’il considérait comme le plus ancien à sa disposition- et les compara aux œuvres d’art de la Renaissance italienne. Il découvrit qu’ils correspondaient à ceux portés dans les villes d’Italie du Nord et d’Italie centrale dans le dernier quart du XVe siècle, notamment à Milan et Florence. Cette trouvaille le mena jusqu’à Marsile Ficin un des philosophes humanistes les plus influents de la renaissance.

Marsile Ficin

L’enquête méthodique menée pour arriver à cette conclusion est particulièrement convaincante.

Tout à la fois prêtre et astrologue, passionné d’hermétisme et d’alchimie, directeur de l’académie néoplatonicienne, le philosophe Florentin aurait probablement terminé sur le bûcher sans la protection de Cosme de Médicis et de Laurent le Magnifique.
Comme sa pensée mêlait les idées religieuses et philosophiques de l’antiquité et le christianisme, il eut l’idée géniale, pour échapper à une accusation d’hérésie, de la dissimuler derrière les vingt-deux atouts du tarot. Dans la prolongation de la tradition antique et médiévale de l’art de la mémoire, (6) les 22 lames majeures auraient servi, d’outil pédagogique aux étudiants de Ficin à moins que chaque arcane n’ait constitué une énigme savante à résoudre grâce à la pensée platonicienne.

Christophe Poncet n’est pas arrivé à cette conclusion sans arguments. Il a examiné les atouts avant de constater que plusieurs d’entre eux présentaient de fortes ressemblances avec les grands mythes de Platon : la caverne, le char de l’âme, le mythe d’Er, etc. C’est la raison pour laquelle il a entrepris d’étudier les écrits de Ficin et ainsi fait une incroyable découverte…

Ficin, en commentant les mythes de Platon n’avait pas été fidèle au texte original mais l’avait modifié en y incluant des influences astrologiques, mythiques et magiques. Dans un des commentaires de Platon évoquant le char de l’âme, il avait enrichi l’image d’éléments qui ne figurent pas dans le texte grec original, mais que nous retrouvons sur la carte du Chariot, l’arcane n° VII du Tarot.
Il écrit par exemple que la tête du conducteur est à la fois une et dédoublée. Et que pouvons-nous observer sur la carte du chariot ?

Chariot ©Arte Les mystères du Tarot de Marseille

On voit justement deux masques sur les épaules du conducteur, dans le prolongement de la tête, comme si celle-ci se dédoublait !
Aucun doute : ces libertés avec le texte original ne peuvent être que la signature de Ficin.
Cette théorie est magnifiquement développée dans le documentaire « Les Mystères du Tarot de Marseille » (7) un film réalisé par Christophe Poncet et Philippe Truffaut. A travers un périple entre Paris Berlin et Florence, nous découvrons des lieux magiques qui abritent des trésors de la Renaissance italienne et de l’Antiquité grecque. Mais le moment clef du film se déroule en Hongrie, dans les profondeurs du château d’Esztergom alors que Zsuzsanna Wierdl, qui restaure une fresque botticellienne que l’on croyait disparue, reconnaît dans l’arcane XIV, Tempérance, une œuvre de Botticelli.

Tempérance et la fresque de Botticelli ©Arte

Le documentaire se termine par une nouvelle hypothèse sur la structure du Tarot qui fera grincer les dents des adeptes d’une aventure initiatique censée se dérouler de manière chronologique en suivant la numérotation des 22 arcanes. Pour ma part, cette version ne m’avait jamais convaincue. Malgré la cohérence du récit, j’ai expérimenté qu’il n’était pas le seul possible en plaçant les 22 arcanes dans des ordres différents.
Je partage ici la démonstration de la disposition des arcanes majeurs selon un texte du Philosophe Florentin, sachant que Christophe Poncet, modeste, explique qu’il devra avoir terminé l’exégèse des 22 lames avant de s’assurer de la justesse son hypothèse…

… Et c’est pour bientôt !
La clef de l’ordre des lames serait cachée dans un passage d’un texte d’inspiration astrologique et numérologique (8) demeuré inexpliqué jusqu’à ce jour, qui présente l’âme sous la forme d’un tableau comportant 7 colonnes, une par astres connus à l’époque et comprenant trois niveaux : le céleste, l’intermédiaire et le terrestre. Les indications fournies par ce texte permettraient de placer chacun des arcanes du Tarot de Marseille dans chacune des 21 cases du tableau. Ficin se serait amusé à décrire comme une énigme la structure du jeu qu’il avait inventé ou dont il aurait été l’inspirateur en précisant que ces trois séries commencent par 3 multiples de 7.  Les sept colonnes se présenteraient ainsi :

La structure secrète des 22 lames majeures ©Arte

De gauche à droite la colonne de Jupiter, de Mars, de Vénus, puis les colonnes du Soleil et de la Lune qui se liraient ensemble suivies de celle de Mercure et enfin de Saturne.

Voici ce que propose Christophe Poncet au sujet de leurs signification :

« Celle de Jupiter, avec sa progression de bas en haut : c’est l’ascension de l’âme. En bas, le Chariot, numéro 7, qui représente le véhicule terrestre (Vehiculum Terrenum VT) de l’âme, c’est-à-dire l’âme incarnée. Au milieu la Tempérance, numéro 14 (=2×7) qui représente l’âme intermédiaire entre le terrestre et le divin. Elle a les pieds sur terre tout en ayant des ailes et harmonise le céleste avec le terrestre. En haut le Monde, numéro 21 (=3×7), l’âme en tant que quintessence céleste qui gouverne les quatre éléments. Dans la colonne suivante, celle de Mars, la progression est, inversement, de haut en bas, selon trois multiples de 5 : c’est la chute de l’homme – jusqu’à l’enfer – quand il se laisse entraîner par son destin. En haut, le Pape, numéro 5 ; au milieu la Roue de Fortune, numéro 10 (=2×5) ; en bas le Diable, numéro 15 (=3×5). La troisième colonne est toute féminine, comme il sied à Vénus. En haut la Papesse est la Vénus céleste, c’est-à-dire l’intelligence, au niveau intermédiaire, l’Étoile est la Vénus vulgaire, c’est-à-dire la Nature ; toutes deux se retrouvent en bas, de part et d’autre du jeune homme invité à choisir entre elles. Élira-t-il la Sagesse ou le Plaisir ? Les quatrièmes et cinquièmes colonnes se lisent mieux ensemble. En haut le couple Impératrice/Empereur marque l’opposition entre action et réaction, comme au milieu la Lune reflète la lumière du Soleil et comme en bas la puissance active de la Force contraste avec la puissance contemplative de l’Hermite. Observez comme les chevelures sont toutes dorées dans la colonne solaire alors qu’elles sont bleutées dans la colonne lunaire. Comme le jour s’oppose à la nuit. Dans la colonne de Mercure, tout est question de langage, avec le Bateleur en haut, c’est le verbe créateur, au milieu le Pendu représente la parole non tenue du renégat, en bas la Maison Dieu évoque Babel et la confusion des langues. Dans la colonne de Saturne, planète lointaine et pesante, sont exposées les grandes questions eschatologiques. En haut, La Justice, c’est la Justice divine, encore appelée Anankè ou Providence. En-dessous d’elle, le Jugement rend à chacun son dû. En bas, deux cartes pour un seul mystère. Deux cartes qui vont ensemble, l’une, qui porte le numéro XIII mais pas de nom ; l’autre qui porte le nom de Mat mais pas de numéro. L’une montre cet éternel recyclage qu’est la mort physique, l’autre présente la folle condition de l’âme incarcérée dans le tombeau de son corps, en attendant sa libération et le retour à Dieu. Deux faces d’une même réalité : l’âme immortelle dans un corps mortel.

Un homme, astrologue et poète, s’était douté de quelque chose. Il s’appelait Jean Carteret et semblait conscient du type d’intelligence qui se cachait derrière le Tarot.

Jean Carteret

Cet éveilleur (10), qui préférait parler à écrire, disait à propos de sa structure :

« La création a trouvé là le moyen de passer à travers la créature (la créature, ce sont ceux qui ont fait le Tarot) pour arriver à se manifester, à avoir vraiment en image ce que nous ne voyons pas du tout dans la réalité et qui nous présente une quantité de choses dont nous ne voyons plus les principes. En somme, c’est une révélation de principes, c’est un temple. »

La philosophie platonicienne n’attribue-t-elle pas une valeur suprême aux « idées » ou aux « essences », modèles supérieurs dotés d’une existence propre et indépendants du monde matériel ?

Une chose est certaine : grâce au travail de Titan de Christophe Poncet, à sa patience et à sa détermination, le Tarot de Marseille a enfin retrouvé son papa…

Et, comme dans toute reconnaissance de paternité posthume, espérons qu’il finira par porter son nom…
Les joueurs de cartes du XVIIe siècle, qui ignoraient l’existence du philosophe florentin, auraient modifié le « Tarot de Marsile » -ou de Marsilius- en « Tarot de Marseille », confondant ainsi sa ville de production avec son auteur disparu…

Quoi qu’il en soit, Le Tarot ne pourra plus jamais être considéré comme une simple série d’images dessinées sur des cartes à jouer : il est en train de devenir un livre.

Peut-être un des plus passionnants jamais écrits…
En attendant sa parution prochaine, nous pouvons suivre l’évolution du travail de Christophe Poncet sur son site internet https://www.3×7.org/fr/

 

Je vous attends avec grand plaisir pour le prochain séminaire Tarot !

Ecole Maud Kristen | Ecole du 6ème sens

Maud Kristen


NOTES

(1)Dior, défilé collection printemps-été 2021  https://www.youtube.com/watch?v=Xdu-yekBlHM

(2) Le Tarot Perino, un film de Warren Lambert (2020)
https://vimeo.com/472116492

(3) Le Tarot de l’Eden n’est pas disponible actuellement. Pour être tenu informé prioritairement de sa réédition : https://ecolemaudkristen.com/newsletter/

(4) Thierry DEPAULIS, « TAROT », Encyclopædia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/tarot/

(5) « Il n’y a pas de Tarot originel, explique Thomas Perino. C’est-à-dire que même le Tarot des Visconti, on dit que c’est le premier, mais parce que c’est le premier qu’on a en main. On est dans la mécanique d’un objet qui n’existe que par sa reproduction, et pourtant à chaque fois il est différent. Le modèle absolu, il est à chercher dans le monde des idées. »

:https://lelivresansvisage.blogspot.com/2020/11/le-confinement-est-fini-si-vous-le.html

(6) « Des mystères de l’Art de la mémoire aux mystères de la sémiotique » Emmanuelle Caccamo 2015 http://www.revuecygnenoir.org/numero/article/mysteres-art-memoire-semiotique

(7) Les mystères du Tarot de Marseille, Philippe Truffault, Christophe Poncet,  Arte 2015.

Arte  : https://boutique.arte.tv/detail/mysteres_tarot_marseille  Youtube :

https://www.youtube.com/watch?v=Uf0yExawsNk

(8) De harmonica animae compositione, dans le Compendium de Marsile Ficin sur le Timée de Platon, chapitre 34 https://lejeudestriomphes.wixsite.com/lejeudestarots/post/christophe-poncet-et-les-myst%C3%A8res-du-tarot-de-marseille

(9) « Je ne suis pas un homme savant ou érudit. Je ne sais pas enseigner. Je suis un éveilleur » »

Jean François Maillard, Jean Carteret, Politica Hermetica N°2 1988

(10) Revue Question de No 37. Juillet-Août 1980

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faut-il avoir peur de l’Oracle de Belline ?

Avez-vous parfois eu peur de l’Oracle de Belline ?  Avez-vous conclu qu’il était négatif ? Et s’il était seulement parcouru d’une trop grande puissance ? Voici mon éclairage sur le célèbre Oracle :

 

Comme il semble cossu, ce jeu, tapis dans sa boîte en faux lézard noir avec son nom Oracle Belline gravé à l’or fin sur le couvercle…

 

Au début tout va bien… En l’étalant, face retourné -après l’avoir brassé- comment ne pas être rassuré par les 52 cartes, bleu nuit avec leurs étoiles scintillantes reliées les unes aux autres dans une longue guirlande protectrice ?

 

Mais sous ses habits de notable, l’Oracle de Belline est un cynique qui tombe le masque au premier tirage.
Tenez, pensez à votre question, retournez quelques cartes…
Terminée l’ambiance céleste des dos étoilés : bienvenue dans la matière et ses luttes, prédites par des dessins aux traits épais, aux couleurs saturées et aux messages sans langue de bois : chaque carte est identique (1) : un mot -à droite- une planète -en haut à gauche- et au centre un dessin…
Des dessins grossiers qui ignorent la perspective – sauf la carte départ et ce n’est pas un hasard – maltraitent les proportions, dessinent les ombres avec des ratures rageuses, mais parlent immédiatement aux tripes et au cœur, se font comprendre en un clin d’œil, se trompent rarement…
Et c’est ce qui fait peur.
Si l’oracle de Belline – crée par le mage Edmond au XIXe siècle- et retrouvé par le voyant Belline au début des années 60 tombe si juste, c’est grâce à sa solide ossature symbolique qui couple chaque carte avec une des sept planètes fondamentales. Cela ne laisse aucun doute sur les connaissances traditionnelles d’Edmond et contraste avec l’amateurisme apparent des dessins.
Et si ces dessins n’étaient pas simplistes ? Si derrière des symboles universels aussi parlant que ceux des panneaux de signalisation – comme ici avec accident– nous trompaient

 

en cachant des messages plus complexes, cryptés sous leurs traits malhabiles ?
Et si certains symboles -déjà présents dans les contes -comme les donjons (cartes les pénates, ruine) les couronnes (cartes honneurs, le hasard, appui, présents, beauté) ou les lauriers (cartes réussite, la paix) pouvaient annoncer des évènements moins limités que ce que notre imaginaire nous conduit à imaginer ?
D’abord, les dessins des 52 cartes ne sont pas si semblables.
Commençons par leur position à l’intérieur du cadre :
Il y a ceux qui occupent l’espace paisiblement, bien centrés au milieu de leur place. C’est le cas -entre autres- de l’intelligence ou de plaisirs

 

Et puis ceux qui cognent contre la frise du cadre, car leur épreuve -ou leur mission- est trop lourde pour eux, comme la main droite de la vieille femme d’infortune qui bute contre le cadre.

ou l’aile gauche écrasée du vautour – et non de l’aigle ! – de maladie qui semble manquer d’élan pour enlever sa proie

ou encore les deux ailes du puissant aigle d’appui, qui, au contraire, semblent vouloir pousser la frise…

 

Avez-vous parfois eu peur de l’Oracle Belline ?
Avez-vous conclu qu’il était négatif ?
… Et s’il était seulement parcouru d’une trop grande puissance qui « débordait » elle aussi du cadre comme certaines des dessins de ces cartes ?
Lors de ma rencontre avec l’Oracle de Belline -il y a 35 ans- je l’ai moi aussi abandonné : il m’angoissait.
Le livret trouvé avec le jeu ne m’avait pas convaincue. J’ai été étonnée que Belline – célèbre voyant au talent incontestable -n’évoque pas la présence des planètes dessinées sur les cartes et ne tienne pas compte de celles-ci dans ses interprétations. Car ce sont ces planètes qui permettent – et de nombreux auteurs se sont ensuite penchés sur le sujet- de préciser le sens de chaque carte. J’ai également été surprise qu’il rebaptise certaines cartes d’un nom différent de celui qu’Edmond avait choisi et dessiné de sa main.
Enfin, il proposait des interprétations surprenantes : En lisant qu’une carte (inconstance), associée avec une autre (le vent) annonçait une catastrophe aérienne… bigre ! Je me suis demandé combien de clients morts dans un crash aérien lui avaient permis d’arriver à ce genre de conclusions.

Puis, un jour assez particulier pour moi, j’ai retrouvé le jeu dans un tiroir et, la nuit suivante, j’ai fait un curieux rêve dans lequel une femme que je ne voyais pas mais que j’entendais clairement m’expliquait les précautions particulières à prendre pour l’interroger. Qui était-elle ? Je n’en sais rien. Ce fut sa première et dernière visite. Mais je me souviens encore de sa voix chaude et joyeuse.
Au réveil, j’ai tout noté. J’ai tenté d’appliquer le protocole transmis et surprise : l’Oracle a cessé de « sauter » comme un tableau électrique en surtension lorsque je l’interrogeais.
C’est à ce moment-là que j’ai commencé à entretenir avec lui une relation de plus en plus profonde. Puis, j’ai observé chaque carte, en essayant de comprendre ce qu’Edmond- dont ce jeu était l’œuvre- avait voulu dire…

J’ai d’abord découvert que les figures humaines animales ne regardent jamais en face, sauf vol-perte et aussi trahison, ce qui n’est pas un hasard, et nous allons y revenir.
D’abord, Il y a les personnages qui regardent en bas parce qu’ils survolent, subissent ou veillent, comme inconstance, infortune, despotisme ou famille

 

Cela m’a permis de préciser leur sens et de mieux comprendre ce qu’elles annonçaient dans un tirage…

Ensuite, j’ai remarqué que certains personnages semblaient nous fixer, mais sans nous voir, comme si leur le regard passait à travers nous. C’est le cas d’amor, maladie, fatalité ou appui

 

Pourquoi ?… Je crois l’avoir découvert… Et cela a aussi modifié mon interprétation.
Ma conviction aujourd’hui, c’est qu’Edmond, volontairement -ou peut être inconsciemment inspiré par ses guides- a transmis à travers cet oracle, non seulement un merveilleux outil divinatoire, mais aussi un message à la fois spirituel et initiatique sur la manière d’aborder la vie avec sagesse.

Spirituel, car la seule carte qui tient compte de la notion de perspective dans le dessin, est départ.

C’est la seule carte qui a trois dimensions et montre un espace assez vaste pour pouvoir s’y projeter, la seule qui a de la profondeur, avec des oiseaux qui s’envolent -chacun semblant à la fois libre, mais relié aux autres – vers des horizons encore inconnus, mais déjà désirés…
Prendre conscience tout d’abord de notre nature céleste, de notre liberté et enfin de notre place au milieu des autres serait-elle la plus grande aventure possible ? Celle qui permettrait à notre âme de découvrir sa profondeur ?

L’Oracle, si doué pour prédire l’avenir de nos projets dans leur dimension terrestre, a voulu nous rappeler que seule l’acceptation du mouvement – car rien n’est permanent – et la pratique du détachement – pouvait donner une dimension à nos vies.

Comment ne pas penser à la parole de Jésus (2) dans l’Evangile de Thomas « Soyez passant » dont on retrouve l’écho sculpté sur le porche de l’ancienne ville Fateh-pu-Sikri :

Jésus, la Paix soit sur Lui
a dit :
Le monde est un pont –
passe dessus
mais n’y établis pas ta demeure » (2)

 

Mais l’Oracle a aussi une vocation Initiatique qui nous permet de mieux comprendre la nature humaine et ses abîmes :
Le sens commun représente toujours le traître comme un hypocrite au regard fuyant et le cambrioleur comme un être masqué. Et le sens commun se trompe…
Commençons par le traître : « Regarde-moi dans les yeux » n’est-elle pas la phrase magique prononcée pour faire apparaître la vérité ? L’Oracle nous donne une leçon de psychopathologie -bien avant que la notion de pervers narcissique n’ait été découverte : D’un côté, il utilise un lieu commun : le chat-noir – qui -porte- malheur, mais dont le regard est aussi direct qu’acéré. Ce que nous apprend l’Oracle c’est que le traître ne baisse pas les yeux et n’a pas peur de regarder sa victime en face : au contraire, il l’observe et la fixe, comme le prédateur le fait avec sa proie.

En pratique : trahison annonce aussi des relations inégales -ou l’un à des droits et l’autre des devoirs- des mensonges et des dissimulations, des manipulations, des abus, mais aussi des climats de malveillance qui font expérimenter à la victime la sensation d’avoir été bafouée, ou d’avoir traitée d’une manière inhumaine.
Quant au voleur de vol perte, Edmond l’a représenté sous la forme d’une chauve -souris vampire. C’est la seule carte du Belline qui est sexuée… Si le voleur ne tient pas d’or ni de bijou dans ses pattes arrière, mais le corps d’une souris sans défense, c’est parce que cette carte prédit le plus souvent un vol immatériel : celui de l’énergie vitale … Une chauve-souris qui mange une souris ? Cela n’existe pas. Que veut signaler Edmond sinon qu’il y a souvent une intimité, une proximité entre le voleur et sa victime ?
En pratique – je l’ai constaté mille fois- les pertes annoncées seront dues à la fréquentation de personnes toxiques, côtoyées intimement dans la vie affective ou professionnelle, pas à un cambriolage ou d’une escroquerie. Mais ces pertes seront aussi beaucoup plus douloureuses, car elles ne sont prises en charge par aucune assurance…
Enfin, Edmond enfonce le clou, il veut que l’on comprenne :
Ces deux cartes sont les seules du jeu à sourire franchement…

 

D’un sourire mauvais qui évoque la Schadenfreude (4) cette expression allemande qui signifie « la joie du dommage » et se traduit par la « joie malsaine » ou la « joie maligne » éprouvé en observant le malheur d’autrui…

Heureusement, il y a toujours quelque chose à comprendre pour éviter le pire : sagesse est là pour nous protéger, avec son sourire plein de bonté …

Non, L’Oracle de Belline, n’est pas négatif, mais initié.
Il veut nous guider dans la jungle de la vie dont il connaît les tentations, les règles, les joies et les peines, les oasis … et les enfers.

Trop puissant pour être approché sans protocole, trop subtil pour se résumer au mot inscrit par Edmond de cette écriture gothique échappée d’un grimoire …

Mais pour interpréter l’Oracle sans erreur, il faut aussi comprendre ses dessins.
…Si vous voulez savoir pourquoi le petit soleil -en bas à droite- de la carte changement

est le seul personnage du jeu qui regarde vers le haut, comment cela oriente la manière de comprendre cette carte et des changements dans votre vie, si vous vous demandez ce que signifie la coiffe de pharaon de l’étoile de l’homme et de l’étoile de la femme

 

pourquoi les yeux de la femme se croisent, pourquoi l’homme regarde à droite …

Si vous voulez percer le mystère de la carte bleue

je vous donne rendez-vous pour un nouveau séminaire car j’ai hâte de partager avec vous ce que l’Oracle m’a enseigné !
https://ecolemaudkristen.com/seminaire-oracle-de-belline/

…Promis, je vous transmettrai aussi mon protocole pour ne plus faire « sauter » l’Oracle en l’interrogeant.

Maud Kristen.

 

 

 

 

 

Séminaire clairvoyance en cours : Tutoriel N°4 : Réussir son exercice

Je vous propose ici la synthèse des erreurs les plus courantes et mes conseils pour y remédier.

– L’INHIBITION : ne rien écrire -ou dessiner- par peur de se tromper, l’impossibilité de se lancer, la certitude négative, la peur d’écrire n’importe quoi.

Les remèdes : 1°) Imprimez systématiquement la photo de la cible et « visitez » là avec votre mémoire expérimentale et votre imagination comme vous l’avez fait dans certaines images ou avec certains animaux et végétaux de notre période préparatoire. Commencez par fermer les yeux poser-là sur votre front ou sur votre plexus. Soyez attentifs aux premières images (s’il y en a) qui apparaissent au fond de vous et notez-le. S’il n’y en a pas, utilisez votre mémoire expérimentale pour dialoguer avec la cible. Acceptez d’écrire des phrases qui vous semblent incohérentes, concentrez-vos sur vos émotions. Si vous ne savez plus comment faire, n’hésitez pas à visionner à nouveau les leçons de 1 à 7. Tenter ensuite d’appliquer la méthode en « visitant » de nouveaux lieux, ou à « devenir » les nouveaux animaux ou végétaux de votre choix. (À vous de trouver des images qui vous inspirent ou à demander à vos amis de vous en proposer…)

– LA FAUSSE ROUTE LOGIQUE :

C’est le réflexe « Columbo » : Ne cherchez pas à faire parler le peu d’indices que vous pouvez avoir à la vue des cibles : J’en parle longuement dans les vidéos pédagogiques : Interdisez-vous toute déduction logique… Que ce soit de tenter de deviner mon intention (j’aurais choisi cette cible plutôt qu’une autre pour telle raison ou telle autre, etc..) ou encore en cherchant trop vite à conclure.

Mon conseil n°1 : Au lieu de vous précipiter pour associer vos ressentis et découvrir un résultat qui ne surgira pas d’un coup, mais que vous devrez, au contraire construire peu à peu, phrase après phrase, continuez à développer vos perceptions comme je vous ai appris à le faire à travers un jeu de questions … Restez sur vos sensations et sur vos émotions seulement. Éliminez tout ce qui est du côté de la déduction.

Mon conseil n°2 : a) Pour faire taire le mental, ne commencez pas par regarder la cible, car la vue est le sens de la « mise à distance » par excellence, cette mise à distance qui interdit au mécanisme de clairvoyance de se mettre en route.

b) Commencez par l’odorat car ce que nous sentons nous implique entièrement sur le plan émotionnel. (Voir la photo d’une décharge à ordure n’est pas agréable mais la sentir ne permet plus la même neutralité…) et posez-vous la question « qu’est-ce que je sens » puis interrogez l’ouïe « qu’est-ce que j’entends » et le toucher « qu’est-ce que je touche » (et le goût si la cible s’y prête.)

Et enfin, je sais que beaucoup d’entre vous ont du mal à suivre le rythme déjà plus lent que ce qui avait été prévu. Rien ne vous oblige, même si vous téléchargez votre leçon, à la visionner immédiatement. Mieux vaut faire les exercices à votre rythme, en conscience, dans les meilleures conditions que de vous précipiter…

Tout est une question de disponibilité… et de feeling.

À très vite pour notre tutoriel n°5.

Maud Kristen

Et surtout : lâchez-vous !

clairvoyance - saut

Séminaire Clairvoyance en cours : tutoriel n°3 : Accompagnez votre changement avec un automassage.

clairvoyance - massage pied

Je conseille donc à tous – et surtout à ceux qui se sentent soudain plus réceptifs, donc plus fragiles – un simple automassage de chaque pied, avant le coucher avec de l’huile de massage (de l’huile d’amande douce à laquelle vous ajouterez une goutte d’huile essentielle de Rose ou de Lavande sera parfaite, ou encore la crème corporelle de votre choix)

Cet auto massage vous apaisera sur le plan émotionnel et favorisera un sommeil plus réparateur.

1) Asseyez-vous sur votre lit. 2) Prenez votre pied gauche et placez-le sur votre cuisse droite. 3) Fermez les yeux. 4) Massez votre pied gauche instinctivement, entre vos deux mains, sur le dessus et le dessous, en n’oubliant ni les orteils, ni le talon. Variez la pression, la vitesse, tout en étant à l’écoute de toutes vos sensations.

Assurez-vous de détendre chaque centimètre de votre voûte plantaire, remontez jusqu’à la cheville, que vous devrez détendre également. Lorsque votre pied sera massé totalement, procédez à un massage identique de votre pied droit.

Maud Kristen

Tutoriel N°2 – Séminaire Intuition : Comment évacuer les sensations parasites après un exercice ?

Intuition - chutes d'or

Vous avez terminé un exercice et vous n’arrivez pas à vous débarrasser des sensations qu’il a laissé en vous ?

Le pouvoir purificateur de l’eau est bien connu : je vous propose de l’utiliser.

Choisissez un soin lavant pour la douche et un shampoing dont le parfum vous réconforte. Idéalement ne l’utilisez que pour cet usage. Fermez les yeux. Debout sous le jet de la douche, laissez l’eau couler du sommet de votre crâne tout le long de votre corps. Imaginez la couleur dorée. Dirigez ensuite toute votre attention sur vos sensations au contact de l’eau. Suivez son trajet en commençant par le haut de votre crâne, puis par les épaules, les bras, les jambes et enfin les pieds. Déplacez votre conscience sur les différentes parties de votre corps en contact avec l’eau. Savonnez-vous de la tête aux pieds en insistant sur le crâne, les mains, les pieds. Pendant ce temps, visualisez les images résiduelles qui vous envahissent en train de se dissoudre, emportées par l’eau et le savon. Visualisez toutes les sensations qui vous gênent, vous perturbent comme des images holographiques qui s’évanouissent, diluées par l’eau avant d’être aspirées par le siphon. Rincez vous ensuite abondamment. Durant cette dernière phase, gardez toujours les yeux fermés et imaginez une lumière blanche (ou bleu pale) tout autour de votre corps et de votre tête.

Ouvrez les yeux et séchez vous avec soin.

Reproduisez l’opération si les sensations résiduelles persistent.

Maud Kristen

Tutoriel n°1 Comment cultiver sa mémoire expérimentale ?

COMMENT CULTIVER SA MEMOIRE EXPERIMENTALE ?

Annexe aux travaux pratiques de la leçon n°1et de la leçon n°2

Bonjour à tous,

Pour évaluer vos remémorations je vous propose un exercice.

Il consiste à classer dans 3 boites différentes les phrases de l’exercice de remémoration « Votre premier souvenir d’école » d’Annick, 45 ans fleuriste.

  • A Gauche, « la bonne boîte » celle de la mémoire expérimentale.
exercice memoire
  • A Droite « la mauvaise boite » celles des souvenirs, ordinaires.
exercice memoire
  • Au centre la boîte des informations neutre, à creuser en interrogeant vos ressentis pour les rendre plus personnels.
exercice memoire

Annick : Je me souviens d’une rentrée scolaire dans une nouvelle école , ce devait être en CE2, ma famille venait de déménager. L’école se situait en région parisienne, en banlieue ouest, dans le 92, à la frontière de Nanterre. Le bâtiment en brique rouge m’a tout de suite fait peur. Le hall était immense, avec un fresque très colorée et monumentale, un peu effrayante, qui représentait je ne sais plus quoi au juste, des visages d’enfant, et un arlequin qui me semblait menaçant. C’était une peinture assez laide dans le style année 30. Nous arrivions de Normandie, nous avions quitté un village pour se retrouver là car mes parents étaient commerçants et ils venaient de s’y installer. L’école de B… était une école de campagne. J’ai encore dans les oreilles les cris de tous les enfants, dans ce hall plein d’écho. J’ai eu un choc, j’étais tétanisée. La banlieue parisienne n’a rien à voir avec la campagne. J’ai embrassé ma mère en ayant l’impression que je ne la reverrais plus, elle sentait bon l’eau de Cologne. Je crois que j’ai pleuré. C’était pas la joie. Je ne comprenais pas ce que je faisais là. La cour de récréation faisait 10 fois la taille de celle de mon ancienne école. J’étais perdue. A un moment j’ai sentit une main sur mon épaule : c’était mon cousin Paul, qui était deux classes au dessus de moi. C’était mon modèle . A ce moment là j’ai été un peu rassurée à l’idée qu’il serait là mais je suis restée triste. C’et comme si j’avais su que je ne serais jamais heureuse dans cette ville qui sentait le bitume et les pots d’échappement. Il faisait très chaud pour un début septembre, je transpirais …

 

Que pensez-vous de ce récit ? Prenez votre cahier et divisez votre page en trois colonnes :

Ecrivez dans la colonne de gauche ce que vous pensez devoir classer dans « la bonne boîte », celle de la mémoire expérimentale.

exercice memoire

Ecrivez dans la colonne de droite ce que vous pensez devoir classer dans « la mauvaise boîte ».

exercice memoire

Au centre, recopiez dans la « la boîte neutre » les phrases qui mériteraient d’être « creusées » pour devenir plus profondes, plus vécues, et plus personnelles.

exercice memoire

C’est à vous !

Ma correction de l’exercice est ICI
Attention, à n’ouvrir avec le mot de passe – qui vous a été donné – qu’après avoir fait vous-même la remémoration de votre premier souvenir d’école
Maud Kristen

Bonne année à tous !

2021 : L’ANNÉE VISIONNAIRE
BONNE ANNÉE A TOUS !
En ce premier jour de la nouvelle année,

Trois Reines Magiciennes

Ont franchi
La nuit ombreuse
Encore Drapées
De poussière d’étoiles
Les dames de la Lune
Se sont posées
Sur le bras
Éternel d’un Lierre
Sans craindre le Soleil
Clarté
Sagesse
Et Vérité
Sont apparues dans mon jardin
Comme elles
Passons à travers les voiles
Sortons de l’ombre
Entrons
Dans la lumière.
Bonne année 2021 à tous !
Maud Kristen

Joyeux Noël à tous !

Un petit bonjour d’Uruguay où Noël a été celui de nos protégés…
Je n’avais que 14 ans en 1978 lorsque je me suis inscrite à la ligue Française contre la vivisection, rue Blanche à Paris.
2007 fut l’année de la découverte du martyre des Galgos espagnols, tournant de vie pour moi…
Quelques années plus tard, la vie m’aura donné la chance de pouvoir recueillir aujourd’hui, avec mon compagnon, plus de 25 chiens abandonnés à la rue, parfois dans un état grave, dont de nombreux Lévriers.
Leur bonheur est mon plus beau cadeau de Noël…
Joyeux Noël à tous, où que vous soyez !
Maud Kristen

Chers élèves du séminaire Tarot !

Chers élèves du séminaire Tarot,

Merci pour vos remerciements et vos témoignages. Pour moi aussi notre séminaire a été formidable !
Les bases apprises vous permettent maintenant de poser toutes les questions que vous voulez.
N’oubliez jamais que La clef du progrès, c’est une pratique régulière et contrôlée : notez tous vos tirages et comparez vos prédictions avec les évènements lorsque ceux-ci adviennent.
À vous de jouer, la route est ouverte…!

VII, Le Chariot, Château des Avenières, La Chapelle au Tarot.

Mais qu’est ce que l’Intuition ?

seminarie intuition - arbre intro

 

Mais qu’est ce que l’Intuition ?

Nous le savons…

Pour beaucoup d’entre nous l’Intuition, c’est une vérité cachée, trop timide pour se manifester et souvent réprimée.

Une vérité qui triomphe après coup et que l’on regrette de ne pas avoir écouté.

Car lorsqu’elle pointe son nez la raison s’empresse de la faire taire «  Qu’est ce qui te fait dire ça ? » « Tu es trop émotif (ve) » «  Sur quoi te bases- tu ? » sont les mots qui s’interposent entre Elle et Nous pour lui barrer le passage…

Mais comment démonter cette barrière de fausse sécurité qui nous prive d’une part de notre intelligence ?

L’intuition n’a pas qu’une seule définition et nous employons ce mot pour évoquer des niveaux de perceptions tellement différents…

Car quelle est la définition de l’Intuition ? Une année lumière sépare le petit frémissement -ce que j’appelle le ‘plexus-test’ lorsque nous percevons physiquement le danger ou le potentiel d’une situation- à la capacité de décrire, sans aucune information, sans aucun indice… une image cachée dans enveloppe close.

Impossible ? Justement non.

Car à l’Ecole, nous expérimentons le contraire.
Oui, l’Intuition s’apprend. Mais à la différence des jeux de logique il faut d’abord faire le chemin de la reconnexion. Retrouver ce continent effacé de notre carte intérieure… C’est ce que je vous propose.

Et les bénéfices de cette remise en liberté d’une part essentielle de nous-même nous accompagnent ensuite dans notre quotidien. Confiance en soi, discernement, mais aussi sentiment d’être davantage vivant (e), représentent des transformations profondes et bénéfiques. Pourquoi laisser à l’intuition le statut de petite voix en sourdine alors qu’elle est part la plus rapide et la plus adaptable de notre conscience ?
Nous n’avons rien à perdre à lui laisser reprendre sa place….

La Réponse est en Soi, second extrait

Novembre 2019 : C’est avec beaucoup de joie et de fierté que je vous présente le second extrait de mon webdocumentaire.

« La Réponse est en Soi »

En commençant l’écriture de mon web-documentaire consacré à l’éveil de la clairvoyance -et à ses implications sur le plan personnel et collectif- j’ignorais que je devrais analyser en profondeur les résultats stupéfiants obtenus par mes élèves.

Les très nombreux et nouveaux témoignages recueillis au fil des cessions mais aussi leur implication dans la connaissance (et la reconnaissance) du phénomène ont encore enrichi le projet, toujours en cours de réalisation…
Ce deuxième extrait de présentation donne à nouveau la parole à mes élèves….

Merci Bruxelles !

C’était un plaisir de vous retrouver le 24 Janvier dernier : Vous étiez si nombreux ! Vous avez tenté l’expérience de clairvoyance et l’avez plutôt réussie …

ecole Maud Kristen - conférences
ecole Maud Kristen - conférences

Après une initiation accélérée basée sur ma méthode https://ecolemaudkristen.com/le-pro… je vous ai proposé

1) de rentrer en contact avec votre mémoire expérimentale.

2) de « devenir » durant quelques instant un superbe chat

Vous avez ensuite essayé de découvrir les caractéristiques du lieu qui était caché sous enveloppe…

Cette année c’était « Roan Mountain » dans les Appalaches Américaines… https://en.wikipedia.org/wiki/Roan_…

école Maud Kristen - photo mystère

Deux d’entre vous, qui m’ont rejoint sur scène, ont très bien réussi leur visite intuitive dans ce site féérique :  » Hauteur »… « Montagne »…. « Sentiers escarpés »… » Air pur »… »Etats-Unis » ont été leurs mots pour décrire l’escapade extra-sensorielle. Bravo à eux !

Mais l’anecdote la plus bouleversante de la soirée a été le commentaire de Sylvie qui n’avait pourtant rien à voir la photo qui a révélé, ce qui aurait pu être une erreur de protocole…

Craignant d’être en retard, j’avais précipitamment jeté toutes mes affaires pêle-mêle dans mon sac en montant dans le taxi qui me conduisait à la salle de conférence…

Ce que j’ignorais à ce moment- là, c’est qu’un malheureux billet de 10 Dollars s’était glissé dans l’enveloppe … où j’avais placé la photo mystère.

Découvrant sa présence quelques instant avant de rentrer en scène, je l’avais glissé en urgence dans ma poche, soulagée de l’avoir retiré à temps en coulisses. Or, Sylvie, qui faisait partie des volontaires montés sur scène a commencé la lecture de son exercice en commençant par dire : « Je ne sais pas pourquoi, je vois de la monnaie, de l’argent … »

ecole Maud Kristen - photo mystère

avant de détailler ses visions montagneuses !

Quel effet choc lorsque j’ai fait apparaître le billet égaré devant toute l’assistance…

D’autres mots, approchant de la cible comme  » Suisse » ou téléphérique » ont aussi été prononcés…

Et , pour finir, voici l’exercice de Christine, élève de l’école, venue pour tenter cet exercice collectif… et qui a atteint son objectif :

« Ca crisse sous mes pieds beaucoup de lumière blanche … Neige ? Immensité, panorama, montagne Je grimpe, je suis essoufflée papillon j’ai dirigé mon attention sur mon cœur et j’ai eu ces mots : chaleur, picotement, pointe dans le plexus j’entends des oiseaux et le vent… »

Etait-ce parce que nous étions en hiver que Christine a préféré faire une partie de la visite en temps réel, et l’autre en été comme la photo que je proposais ?

Bravo à elle pour cette perception…

ecole Maud Kristen - photo mystère

Et Bravo à tous car vous étiez plus d’une moitié à lever la main lorsque je vous ai demandé si vous aviez perçu des éléments de la cible … Aucun doute, cette soirée était magique !

A Bientôt Bruxelles !

ecole Maud Kristen - esmeralda

Merci à Esméralda Bernard, présidente de Delta Blanc Belgique

Conférences : vous avez découvert la photo mystère !

Maud kristen Inrees
Photo Jean Romain Pac

Pour tous ceux qui ont assisté aux conférences données à Paris, Nantes, Bordeaux, Toulouse et Montpellier j’ai proposé à tous les participants présents dans la salle- et après quelques exercices préparatoires- de découvrir quel était le lieu mystère que j’avais caché dans une enveloppe.

Vous avez tous participé avec enthousiasme.

De retour en Uruguay, j’ai voulu vous permettre de découvrir que certaines de vos réussites étaient étonnantes. Je suis donc retournée sur ce lieu pour vous fournir des précisions sur le lieu découvert. Vous étiez nombreux à avoir perçu des choses justes, qui n’étaient pas sur la photo. Parmi ces exercices réussis, je reproduis ici -avec son autorisation- le texte d’un participant ( Brice) et son dessin ( l’endroit vu du ciel : un chemin au milieu des arbres.)

ecole Maud Kristen - photo Mystère
La photo mystère.
ecole Maud Kristen - dessin
Dessin de Brice

Brice à écrit :

Beaucoup de lumière. Je suis ébloui.

Parc ou jardin public : oui, des toboggans et des balançoires sont installés au bord de la plage.

Fleurs, cerisiers du japon. Les jardins des maisons qui sont à 40 m de la plage sont souvent fleuris.

Il fait doux.

J’entends de l’eau qui coule : oui c’est celle du Rio, fleuve si large qu’il ressemble à la mer et qu’il peut même être agité par de fortes vagues, lorsque le temps est mauvais.

Je suis seul, pas de gens : vrai, pour la photo qui été prise à un moment où la plage était déserte, et vrai 10 mois sur 12 comme la majorité des stations balnéaires.

Sentiment de paix et de tranquillité.

Un peu le « paradis » du bien être. Calme.

Oiseaux qui chantent

(Playa Santa Ana, le 2 février)

Et vous qu’avez-vous vu ?

Vous trouverez ci-dessous quelques illustrations …. Vous avez été nombreux à percevoir des parasols ? A entendre parler et rire des familles au bord de l’eau ? A sentir le vent sur votre peau ? A baigner dans une chaleur douce avec un léger vent ? Vous avez vu une végétation luxuriante ? Entendu le bruit des vagues ? Décelé de grands arbres verticaux ? Vous avez senti le contact du sable sous vos pieds ? Vu des maisons de vacances en arrière-plan ? Entendu des chevaux galoper ? Vous avez eu l’impression d’une pente qui descendait vers l’eau ? C’est bien normal : les arbres de la photo sont à 10 mètre au-dessous de la plage. Vous avez parlé d’une vue dégagée sur l’horizon ? De plantes qui poussaient au bord de l’eau ? L’un d’entre vous, a même évoqué très précisément une « mangrove » avec ses racines d’arbres entremêlées… Celle-ci existe bien. Elle est au bout de la plage, devant le camping « Club Yachting y Pesca ».

Voici donc quelques photos pour illustrer vos propos sur la photo mystère, prise à Santa Ana, une plage située à quelques kilomètres de Colonia del Sacramento.

ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo
ecole Maud Kristen - photo mystère